Beigbeder : "c'est de la très mauvaise publicité"

  • A
  • A
Beigbeder : "c'est de la très mauvaise publicité"
Partagez sur :

L'auteur a dû supprimer des passages visant le procureur de Paris, Jean-Claude Marin, dans son dernier livre, "Un roman français".

Dans "Un roman français" (chez Grasset), Frédéric Beigbeder se dévoile. Le 28 janvier 2008 il est interpellé pour usage de stupéfiants sur un capot de Chrysler noire, dans la rue. En garde à vue, dans une cellule puante de deux mètres carrés, il a tout le temps de réfléchir. Le voilà qui déroule alors une généalogie aux doux noms de pays qui va chercher du côté du Béarn (le père) où une élégante maison familiale, la Villa Navarre, reçoit Paul-Jean Toulet et Paul Valéry, et touche à l'aristocratie désargentée par la mère.

Pour le moment, le livre fait surtout parler de lui du fait de la polémique qu'il a engendré. En effet, l'écrivain a, à la demande de son éditeur, retiré quelques passages des quatre pages très virulentes qu'il consacre au procureur de Paris, Jean-Claude Marin. Une "mauvaise publicité" dont Frédéric Beigbeder se serait bien passé.

Frédéric Beigbeder explique à Marc-Olivier Fogiel pourquoi il regrette cette situation :

Autres grands habitués des polémiques les Houellebecq et autres Angot, habituellement présents à cette époque, sèchent la rentrée. Cependant, deux autres grands noms français répondent à l'appel.

Amélie Nothomb fait son grand retour avec "Le voyage d'hiver" (chez Albin Michel). Dans ce nouveau roman - le dix-huitième en dix-huit ans - l'auteur de "Stupeurs et tremblements" déploie une nouvelle galerie de personnages étranges. Il y d'abord Zoïle, «vaguement employé» par EDF-GDF, et surtout à l'origine d'une traductin de L'Odyssée d'Homère. Il va rencontrer deux femmes : Astrolabe, agent littéraire au service d'Aliénor, romancière à succès et «anormale légère».

De son côté, Justine Levy assume son statut de "Mauvaise fille" (chez Stock). Louise, l'héroïne de ce roman, va mettre au monde son premier enfant, tandis qu'Alice, sa mère, se meurt. Quand Louise va annoncer la naissance prochaine de sa fille Angèle à sa mère, recluse dans une chambre d’hôpital, Alice se montre catégorique et lui affirme qu’elle se trompe. Une petite fille ne peut pas être enceinte. Car, pour Alice, Louise n’a pas grandi.