Aurélie Dupont, directrice de la danse de l'Opéra Garnier : "J'ai dû faire vite et bien"

  • A
  • A
Aurélie Dupont, directrice de la danse de l'Opéra Garnier : "J'ai dû faire vite et bien"
La nouvelle directrice de la danse de l'Opéra Garnier a monté sa saison en six mois seulement.@ DOMINIQUE FAGET / AFP
Partagez sur :

Directrice de la danse de l’Opéra Garnier depuis un an après le départ précipité de Benjamin Millepied, Aurélie Dupont a présenté mercredi sa première saison.

INTERVIEW

Après le départ surprise de Benjamin Millepied il y a un an, la nouvelle directrice de la danse de l’Opéra Garnier assure avoir retrouvé une compagnie apaisée. "Entre le moment où j’ai récupéré la compagnie et là quand je la vois, ils sont soudés, ils ont la pêche. Les jeunes ont bien compris qu’il y avait pas mal de départs à la retraite. Cela crée une émulation, tout le monde travaille. En termes d’énergie, c’est super", se félicite auprès d’Europe 1 Aurélie Dupont, qui a dû "remobiliser l’ensemble de la compagnie" après le départ de Benjamin Millepied.

"J’ai dû faire vite et bien". "Je les avais trouvés déçus de voir que Benjamin ne se plaisait pas et qu’il partait", confie encore Aurélie Dupont, nommé en février 2016 alors que les relations entre la compagnie de 150 danseurs et son jeune directeur s’étaient tendues. "Il y avait une partie de la compagnie qui dansait beaucoup, une partie moins, or une compagnie c’est une fratrie", ajoute-elle. Avec ses troupes désormais remotivées, l’ancienne étoile a présenté mercredi sa première saison, montée en six mois seulement au lieu de deux ans habituellement. "J’ai dû faire vite et bien. Cette saison elle me plaît, elle me ressemble. Et elle est bien au vu du peu de temps que j’ai eu", estime Aurélie Dupont.  

Le retour du ballet classique. Au menu de cette saison : des temps forts comme une nouveauté "un peu rock" de James Thierrée, une création du chorégraphe suédois Alexander Ekman, et Le Boléro de Ravel, détaille la directrice de la danse. "C’est une volonté de donner de bonnes choses à manger à mes danseurs", commente-elle. Aurélie Dupont assume le retour aux fondamentaux, avec trois ballets programmés cette saison contre deux la saison précédente. Mais la directrice nuance : "Je veux qu’il y ait autant de ballets classiques que de danses contemporaines. Aujourd’hui, le ballet ça marche, les danseurs de l’opéra adorent. Mais je ne vais pas supprimer ou faire que des ballets, je veux un équilibre."

Une directrice encore sur les planches
Aurélie Dupont, qui danse toujours à 44 ans après le couperet de sa retraite officielle à l’Opéra, va elle-même danser en mars lors de la tournée de la Compagnie du Japon dans Daphnis et Chloé. Elle a par ailleurs indiqué qu’elle dansera peut-être – "il y a 50% de chances", dit-elle – dans Roméo et Juliette de Sasha Waltz, lors des adieux du danseur étoile Hervé Moreau, en avril 2018.