Au Palais de Tokyo, le spectateur se mue en enquêteur

  • A
  • A
Au Palais de Tokyo, le spectateur se mue en enquêteur
Vue de l'exposition "Double Je, artisans d'art et artistes" au Palais de Tokyo du 24 mars au 16 mai 2016.@ Capture d'écran palaisdetokyo.com. Adrien Mole.
Partagez sur :

jusqu'au 16 mai, l'exposition Double je invite les visiteurs à se glisser dans la peau d'un enquêteur. Une façon de découvrir l'art avec minutie.

Avis aux Sherlock Holmes qui sommeillent. La nouvelle exposition du Palais de Tokyo propose au spectateur de découvrir l'art comme un enquêteur, carnet de notes à la main. L'enquête commence dans un bureau d'artiste. Sur le sol, des éclats de verre, des photos déchirées, du sang...  une scène de crime balisée par la vraie police scientifique de Paris, avec cordons et scellés. La visite se poursuit dans un appartement reconstitué. Le but est bien de faire découvrir l'art contemporain au fil de ce décor de film policier où chaque oeuvre se fait indice.

Capture.jePNG

"Ouvrir le regard". Une vingtaine d'artisans exposent au fil de ce parcours ludique : gravures, dentelles, tableaux. L'intrigue oblige le visiteur à faire attention au moindre détail. "On est face à deux énigmes", révèle la scénographe de l'exposition. Il s'agit d'abord de découvrir "qui a tué (ou pas) l'artiste" et de comprendre "quelles sont les œuvres à regarder. C'est une manière d'ouvrir le regard."

Et si vous voulez déjà un indice pour résoudre le mystère : "intéressez-vous au titre de l'exposition : 'Double je'", glisse la scénographe.