Aux César 2017, George Clooney dénonce les actes de Trump

  • A
  • A
Partagez sur :

George Clooney a profité de sa venue aux César pour dénoncer les actes de Donald Trump depuis son arrivée au pouvoir.

VIDEO

Il était attendu pour un César d'honneur. Mais George Clooney s'est aussi fait remarquer pour son intervention au côté de Jean Dujardin, qui lui remettait sa statuette lors de la 42ème cérémonie des César. Chargé de traduire les propos de l'acteur américain en français, Jean Dujardin s'est amusé à y ajouter sa patte. Surtout, sans jamais le nommer - ou laissant le soin à Jean Dujardin de le faire - George Clooney a dénoncé les actes de Donald Trump depuis son élection.

"Des changements historiques, pas tous pour le meilleur". "Fier et touché" d'être l'invité d'honneur de la cérémonie, George Clooney a dressé un bilan quelque peu sombre de l'Amérique, mais teinté d'espoir. "Pendant que l'on est ici, le monde vit des changements historiques, pas tous pour le meilleur. Nous, citoyens du monde, nous devons lutter encore plus fort pour que la haine ne l'emporte pas. L'amour triomphe sur la haine, le courage triomphe sur la peur, et la justice toujours sur le mal", a-t-il déclaré, se disant "impatient de voir ce que l'avenir nous réserve, et un peu anxieux de ce qui nous attend dans les prochains mois".

"Nostalgique d'une époque où l'Amérique était grande". "Je pensais à Edward R. Murow, et je suis nostalgique d'une époque où l'Amérique était grande et les informations pas trafiquées", en référence à la multiplication des "fake news". "Repensons à ses mots d'il y a 60 ans, qui pourraient nous aider à nous rappeler : nous ne devons pas confondre dissidence et trahison. N'ayons pas peur de l'autre. Ne soyons pas guidés par la peur inscrite dans cette époque irrationnelle. Souvenons-nous que ne nous sommes pas héritiers d'un peuple régi par la peur", a-t-il rappelé. "Nous nous autoproclamons, à juste titre, les défenseurs de la liberté dans le monde entier, mais nous ne pouvons pas la défendre à l’extérieur en la niant chez nous", a conclu l'acteur américain.