Arnault : la fondation LVMH, "un rêve devenu réalité"

  • A
  • A
Arnault : la fondation LVMH, "un rêve devenu réalité"
@ EUROPE 1
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - "C'est sans doute le mécénat de plus grande ampleur jamais réalisé en France", s'est félicité Bernard Arnault, président directeur général de LVMH, jeudi matin sur Europe 1.

"Aujourd’hui c’est un peu un rêve devenu réalité. Depuis près de 25 ans que je dirige ce groupe, j’ai toujours pensé qu’il était intéressant de rendre un peu au monde de l’art, a mes clients, au public, ce que le monde de la créativité a apporté à ce groupe", a déclaré Bernard Arnault, jeudi matin sur Europe 1. Le président directeur général de LVMH ouvre la fondation du même nom cette semaine, à l'occasion de la Foire internationale d'art contemporain.

>> LIRE AUSSI - La Fondation Vuitton, le rêve de Bernard Arnault

"Quand on innove on est toujours l’objet de critiques". Avec un budget supérieur à 100 millions d'euros, "c’est sans doute le mécénat de plus grande ampleur jamais réalisé en France et  peut être en Europe", a ajouté le patron du groupe de luxe. Malgré cela, "quand on innove on est toujours l’objet de critiques", a-t-il ajouté. "Pour les obstacles, c’est comme toujours : en France il y a des critiques, des grincheux qui arrivent parfois à bloquer les choses et nous avons été bloqués pendant 18 mois, le chantier a été arrêté. Et finalement grâce au soutien de la mairie de Paris, nous avons réussi à franchir les obstacles". "Les critiques se sont tues, au contraire je reçois maintenant des lettres de félicitations", a-t-il conclu.

L'intégralité de l'interview de Bernard Arnault sur Europe 1 :



Bernard Arnault : la Fondation Louis Vuitton...par Europe1fr

La Samaritaine, nouvelle priorité. La fondation LVMH à peine finie, Bernard Arnault pense déjà à la suite, "la samaritaine, pour lequel nous venons d’avoir l’autorisation de continuer le chantier dans lequel nous allons réaliser l’un des plus beau hôtel du monde sur le front de Seine. On va refaire un grand magasin et des bureaux derrière dans un projet qui devrait se terminer si tout va bien fin 2017. Et ce projet va employer plus de 3.000 personnes".