Arnaud Demanche : "Le livre est devenu un produit comme les autres"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

L'humoriste, qui publie "Comment devenir le nouveau Marc Levy", une critique acerbe du milieu de l'édition, était l'invité de Caroline Roux, mercredi.

Arnaud Demanche confesse n'avoir jamais lu un livre de Marc Levy. "Je me suis arrêtée au bout d'un chapitre, ça m'a semblé bien suffisant", a-t-il confié sur Europe 1, mercredi. Pourtant, il publie Comment devenir le nouveau Marc Levy (Ed. Jungle), sous-titré "toutes les ficelles pour devenir écrivain à succès et construire son intrigue en fonction de son genre de prédilection : littérature pour enfants, mummy porn, thriller".

"Trois petits points" à la fin du titre. "Ce livre est un petit guide pour devenir la nouvelle fortune de la littérature", sourit Arnaud Demanche, pour qui le succès réside avant tout dans le choix des personnages. "Prenez une blogueuse mode, qui a un chien design, un loft design et un canapé design, ou un chirurgien cosmonaute, avec plein d'abdominaux, bien bronzé, qui soigne des petits enfants dans une station spatiale. Ajoutez le fantôme de l'amour perdu, mettez tout ça dans un shaker, remuez, servez", résume l'humoriste. Reste à trouver le titre de l'ouvrage. "Un truc du genre : 'et si c'était la vérité', ou quelque chose comme ça. Avec, surtout, trois petits points à la fin !"

"C'est un show". Derrière la plaisanterie, pointe une critique du monde de l'édition. "Comme dans tous les milieux artistiques maintenant, il faut faire vendre", déplore Arnaud Demanche. "Le livre est devenu un produit comme un autre : il faut le marketer. Ça explique qu'on ait des gens qui ne vendent que 200 exemplaires d'un bouquin qui fassent Ruquier, parce que ce sont des gens importants, que c'est un show", explique-t-il, citant l'exemple de Pierre Gattaz. "Il a vendu son bouquin à quoi, 100 exemplaires ?" "Vingt-cinq", corrige Caroline Roux,citant des informations parues dans Le Canard enchaîné fin avril, démenties par l'éditeur du patron du Medef. 

"Pour vendre, il faut être méchant". Toujours sur le ton de l'humour, Arnaud Demanche liste quelques conseils aux auteurs pour assurer leur promotion médiatique. "À bannir : un compliment, une blague, une parole gentille, de la nuance, de la mesure", préconise-t-il. "Pour vendre, il faut être méchant. Ne soyez pas chaleureux, balancez votre verre d'eau à Louane en invoquant la nostalgie de la France propre et critiquez mai 68 !" Puis, à nouveau plus sérieux, l'humoriste déplore "l'absence des romanciers" : "Moi, j'aime bien l'imagination, qu'on s'évade, que le livre permette de s'échapper de son quotidien".