Anne Roumanoff : "J’avais l’impression que ma famille n’était pas comme tout le monde"

  • A
  • A
Partagez sur :

L'humoriste était l'invitée d'Isabelle Morizet samedi. Au micro d'Europe 1, elle est revenue sur son enfance.

INTERVIEW

Elle est chef de bande chaque jour sur Europe 1 dans l’émission Ça pique mais c'est bon et prépare une centaine de dates en France pour son spectacle Aimons-nous les uns les autres. Si l'humour est son métier, l'animatrice a raconté à l'antenne son côté conformiste dans un métier d'artiste et au sein d'une famille plutôt bohème.

Un sentiment de déracinement. La contradiction ne lui a pas échappé. "C’est curieux pour une artiste, mais j’ai toujours été très conformiste. Je voulais toujours être comme tout le monde et j’avais l’impression que ma famille n’était pas comme tout le monde. Je n’avais pas de racines avec deux grands-parents russes, plus une grand-mère du Maroc. Je n’avais pas de famille avec des maisons de campagne. Je n’étais pas implantée en France." Pourtant, la famille d'Anne Roumanoff est de son propre aveu plutôt bourgeoise, à l'époque installée dans 17e arrondissement.   

"Il achetait du caviar quand il était au bord de la faillite". Mais avec des parents bobos avant l'heure - qui avaient un gourou en Inde - et un père self made man, importateur de vêtements indiens, qui "achetait du caviar quand il était au bord de la faillite", elle n'arrive pas à se défaire d'un sentiment de famille hors-normes. "Ça m’a poursuivi à Sciences-Po, où c’était ultra BCBG. Il n’y avait que des familles du 7e arrondissement."

L'attirail BCBG. Le premier jour de cours, elle file s’acheter "un collier de perles au Prisunic, un foulard Hermès en copie, un faux Burberry et un serre-tête en velours". En bref, "tout l'attirail" du parfait bourgeois, en opposition totale avec ses tenues d'alors, comme ce manteau d'enfant de fourrure afghane ramené par ses parents. "En peau avec des poils. Quand il pleuvait, ça sentait le bouc", décrit-elle. "Je me rappelle d'avoir pleurer pour ne pas porter ce manteau". Plus sobre, elle est désormais connue pour ces tenues écarlates.