Alan Geeam, des rues de Paris à chef étoilé

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Débarqué à 19 ans dans les rues de Paris, le chef libanais a monté toutes les étapes en cuisine, jusqu'à être distingué par le Michelin dans son édition 2018.

PORTRAIT

Il vient de décrocher sa premier étoile pour le restaurant qui porte son nom à Paris. Le chef Alan Geeam était l'invité de la matinale d'Europe 1 pour retracer son parcours incroyable.

"J'ai dormi une semaine dans la rue". Libanais, Alan Geeam arrive en France à 19 ans sans rien savoir de la cuisine, avec 200 francs en poche. "J'ai dormi une semaine dans la rue et j'ai commencé ma carrière sur les échafaudages de chantier. J'ai fait des ravalements de façade et ensuite plongeur dans des bistrots parisiens. C'était mon rêve de gosse d'apprendre la cuisine française." Plus jeune, il découvrait Veyrat, Bocuse et Robuchon dans des émissions de cuisine à la télévision. Un décalage qui lui arrache cette phrase : "Je ne crois pas du tout encore ce qui est en train de m'arriver."

"Dix-neuf ans pour avoir cette étoile-là". Un œil sur son travail à la plonge, l'autre sur le travail des cuisiniers autour de lui, il apprenait sur le tas. "Dès qu'il y avait une opportunité de faire une entrée ou un dessert, je sautais dessus. J'ai toujours donné un coup de main." Petit à petit, il acquiert le niveau, sans avoir fait d'école. "Dans la cuisine française, il y a beaucoup de technique. Et ça m'a pris 19 ans de carrière pour avoir cette étoile-là. Je pensais que les étoiles, ce n'était que pour les grands chefs qu'on voit à la télé ou dans les magazines. Je n'aurais jamais imaginé que le Michelin s’intéresse à ma carrière."

"Je n'assumais pas mon histoire". Le chef a une théorie pour expliquer ce qui lui a permis de décrocher l'étoile : "Avant, je n'assumais pas mon histoire, mes racines, que j'ai toujours cachées derrière des produits qui ne m'appartenaient pas : des produits asiatiques, italiens ou espagnols. Au moment où j'ai commencé à mettre des produits de ma cuisine libanaise dans mon assiette, que j'ai fusionné avec la cuisine française, j'ai senti l'émotion et directement, les clients l'on senti."