Alain Mabanckou parle d’Haïti, sa "terre d'adoption"

  • A
  • A
Alain Mabanckou parle d’Haïti, sa "terre d'adoption"
Partagez sur :

Depuis le séisme, l’écrivain Français tente de recueillir des nouvelles de "ses frères".

L’écrivain Alain Mabanckou devait rejoindre Port-au-Prince mercredi pour participer au festival Etonnants Voyageurs. Le séisme qui a touché Haïti la veille l’en a empêché.Coincé à Los Angeles, Alain Mabanckou a publié sur son nouveau blog un billet consacré à "l'énigme d'un séisme".

L'auteur de "Black bazar" et de "Mémoires de Porc-épic" cite un "mail de Louis-Philippe Dalembert (auteur Haïtien, ndlr) blessé pendant qu'il sauvait la belle-sœur de son frère, une femme impotente", et s'inquiète de ne pouvoir contacter Dany Laferrière, un autre intellectuel Haïtien, dont "le sublime roman, L'Enigme du retour lui semble aujourd'hui "prend(re) un sens prophétique". "Toutes mes pensées vont vers ce peuple courageux. Vers cette République qui a toujours dit non", conclut-il.

Alain Mabanckou connaît bien Haïti, il en parle sur son blog : "Séisme aveugle qui vient de s’abattre sur cette terre d’Haiti, ma terre d’adoption, la terre de mes frères, de mes amis les plus chers". Depuis le séisme, l’écrivain reçoit des informations de quelques auteurs Haïtiens, il explique qu’il "ne cesse de téléphoner, d’envoyer des courriers électroniques à tous les haïtiens" qu’il connait, pour prendre des nouvelles des autres.

C’est que la communauté culturelle haïtienne n’a pas été épargnée. Georges Anglade, auteur canadien d'origine haïtienne, et son épouse, ont trouvé la mort lors du tremblement de terre. Les organisateurs du festival littéraire "Étonnants voyageurs", dont la deuxième édition devait s'ouvrir jeudi à Haïti ont annulé l’événement devant l’ampleur de la catastrophe. "L'hôtel Karibe - le lieu où devaient séjourner tous les auteurs et les membres du Festival est à moitié détruit" raconte Alain Mabanckou à Bibliobs jeudi. "Michel Le Bris (le directeur du festival, ndlr) et son équipe ainsi que les journalistes dorment dehors sur le court de tennis de cet établissement" précise l’auteur.

Depuis l’étranger, de nombreux artistes et intellectuels Haïtiens ou d’origines haïtiennes, se mobilisent. Le rappeur américano-haïtien Wyclef Jean, sur le site de micro-blogging Twitter puis sur CNN, a par exemple appelé à "agir maintenant" et à faire des dons par le biais de sa fondation.