A la Berlinale, un film de plus de 8 heures pour de valeureux spectateurs

  • A
  • A
A la Berlinale, un film de plus de 8 heures pour de valeureux spectateurs
A gauche, le réalisateur Philippin Lav Diaz. @ John MACDOUGALL / AFP
Partagez sur :

Cette oeuvre ambitieuse en noir et blanc est l'un des 18 films présentés cette année au festival du cinéma de Berlin en compétition officielle. 

Les yeux fatigués mais enthousiastes, des centaines de cinéphiles sont finalement ressortis de... huit heures et demie de séance pour le film le plus long jamais présenté à la Berlinale.

Tous les billets vendus, au moins 800 sièges occupés. Son réalisateur, le Philippin Lav Diaz, avait promis que la projection de son dernier opus, "Hele Sa Hiwagang Hapis" (Une berceuse au mystère douloureux), constituerait une "lutte" pour le public. Mais lorsque le rideau est tombé jeudi soir à Berlin, la moitié des 1.600 sièges était encore occupés et le cinéaste de 57 ans a été applaudi et félicité à coups de "bravo". L'actrice Meryl Streep, qui préside le jury, et les sept autres membres ont assisté à l'intégralité de la projection et tous les tickets avaient été vendus.  

Dans le public, oreillers gonflables et pop-corn. Certains spectateurs, prévoyants, s'étaient munis d'oreillers gonflables, pour relever ce "test personnel de courage", selon Gerhard Reda, un réalisateur allemand amateur qui dit voir 10 à 15 films par semaine. Enrico Cehovin, un Italien de 27 ans, a assuré que jouer de très longues heures à des jeux vidéo l'a aidé à préparer cette expérience: "Certains jeux prennent huit à dix heures et vous ne savez même pas comment le temps est passé, ils sont comme de longs films".

Une immersion dans l'histoire tumultueuse des Philippines. La "Berceuse", elle, est une immersion dans l'histoire -déjà- tumultueuse des Philippines à la fin du XIXe siècle, au tournant des colonisations espagnole et américaine. Le film raconte la longue quête de Gregoria de Jesus -une des rares femmes leader de la résistance aux forces espagnoles- pour retrouver le corps de son époux Andres Bonifacio, exécuté à 33 ans en 1897 dans la montagne par une faction rivale.