A Hollywood, pas de changement vers plus de diversité pour un rapport universitaire

  • A
  • A
A Hollywood, pas de changement vers plus de diversité pour un rapport universitaire
Hollywood est "un épicentre des inégalités culturelles"@ MANDEL NGAN / AFP
Partagez sur :

Les femmes, les personnages hispaniques ou asiatiques sont toujours sous représentés dans le cinéma américain.

La diversité est peut-être le maître-mot de certains studios de production bien intentionnés ou de cérémonies de récompenses, mais les inégalités à Hollywood sont toujours aussi fortes, comme le suggère un nouveau rapport.

Les femmes ne sont pas plus nombreuses dans les films qu'en 2007. L'étude, menée par l'université de Southern California (USC), examine les 100 premiers films au box-office de chaque année, entre 2007 et 2015, excepté en 2011, et analyse plus de 35.000 personnages à travers les prismes du genre, de l'ethnicité, du statut LGBT et du handicap. Moins d'un tiers des personnages parlant des 100 films en tête du box-office en 2015 étaient des femmes. Un chiffre qui n'a pas changé depuis 2007, d'après les résultats publiés par l'école de journalisme et de communication Annenberg, attaché à l'USC.

Les communautés minoritaires sous-représentées. Seulement 26% des personnages des films de 2015 analysés par l'initiative pour le changement social et la diversité dans les médias provenaient de groupes ethniques sous-représentés. Les personnages LGBT représentaient moins d'un pour cent de tous les rôles parlants.

Il n'y a pas eu non plus de changement entre 2007 et 2015 dans le pourcentage de personnages noirs, hispaniques, asiatiques ou toutes autres ethnicités dans les films étudiés. La diversité est une problématique majeure à Hollywood depuis que l'industrie cinématographique a été ciblée par la campagne sur les réseaux sociaux #OscarsSoWhite (#OscarsTropBlancs NLDR), critiquant le manque de nommés issus de minorités ethniques dans les catégories dramatiques des deux dernières cérémonies des Oscars.

Les femmes réalisatrices sont encore peu nombreuses. Mais Stacy Smith, fondatrice et directrice de l'initiative, a déclaré que les conclusions de l'étude révélaient Hollywood comme "un épicentre des inégalités culturelles". "Alors que les voix appelant au changement se font de plus en plus nombreuses et bruyantes, on ne peut pas dire que cela ait transformé les films que l'on regarde et les gens engagés pour les créer", ajoute-t-elle. Derrière la caméra, il n'y a que 4,1% de femmes parmi les réalisateurs engagés pour réaliser les 800 films compris dans l'étude.

"Malgré le plaidoyer autour des femmes réalisatrices, le cinéma est un champ de ruines en termes de représentation pour les femmes de couleur, dans ce poste clé", commente Smith. L'étude note également que les femmes étaient environ trois fois plus susceptibles d'être montrées nues ou dans une tenue légère que leurs partenaires masculins.