40 ans plus tard, Abbey Road fascine encore

  • A
  • A
40 ans plus tard, Abbey Road fascine encore
Partagez sur :

La rue qui a donné son nom au célèbre album des Beatles est toujours un lieu de pèlerinage pour les fans et les curieux.

Des centaines de fans foulent chaque jour l'un des passages pour piétons les plus célèbres du monde devant les studios d'Abbey Road à Londres, pour rejouer la photographie légendaire des Beatles traversant la rue. Samedi, la célèbre photo aura 40 ans. Les nostalgiques des "Fab' Four" doivent se retrouver à 11 h 35 pour célébrer, à la minute près, le quarantième anniversaire de la séance photo qui, en 10 minutes et seulement six clichés, accoucha de la pochette.

Le cérémonial se répète quotidiennement sur ce carrefour, près de St John's Wood, dans le nord-ouest de Londres. Des centaines de touristes se photographient en train de singer, plus ou moins scrupuleusement, la célèbre mise en scène : file indienne, regard droit devant, jambes écartées. A part l'usure des fameuses bandes blanches, le décor n'a quasiment pas changé.

"C'est l'un des rares endroits non altéré de l'histoire des Beatles, où on peut avoir une idée de ce qui s'est passé à cette époque", s'enthousiasme un fan californien. Populaire à l'époque, le quartier est pourtant devenu une zone résidentielle huppée de Londres, bordée de propriétés valant des millions de livres. "Le défi, c'est de faire exactement la même photo", explique Christophe, venu en famille. "Sauf qu'il faudrait un escabeau et se mettre au milieu de la rue", répond Thierry.

Quinze mètres plus loin, au numéro 3 d'Abbey Road, le studio d'enregistrement est la seconde étape du pèlerinage. Des milliers de signatures et de graffitis sur le muret à l'entrée sont dédiés aux "Scarabées". "Le guide nous a dit qu'ils repeignaient le mur six fois par an", explique Lucille, 15 ans. Même les maisons voisines ont été envahies. Ce qui ne plaît pas beaucoup au concierge de l'immeuble mitoyen, au numéro 1 d'Abbey Road. "Les gens viennent et secouent les portes pour qu'on les laisse entrer, mais il n'y aucun lien avec le studio ici", s'agace le sexagénaire.

Au-dessus du carrefour, le studioa installé une webcam, et, sur la Toile, les imitations, détournements et autres hommages à la célèbre image fleurissent. Christophe et ses enfants sont satisfaits des leurs. "On fait un peu partie de la photo maintenant", lance-t-il en partant.