"15h17 pour Paris" : les héros du Thalys racontent le tournage du film

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Anthony Sadler, Alex Skarlatos et Spencer Stone étaient sur Europe 1 mercredi pour évoquer le film de Clint Eastwood, dans lequel ils jouent leur propre rôle.

INTERVIEW

De héros d'un jour à héros de cinéma. Anthony Sadler, Alex Skarlatos et Spencer Stone, les trois Américains qui avaient empêché un terroriste d’abattre des voyageurs dans un train Thalys Amsterdam-Paris, en août 2015, jouent leur propre rôle dans le film 15h17 pour Paris, de Clint Eastwood. Ils avaient reçu la Légion d'honneur pour cet acte héroïque. Alors que le film sort en salles le 7 février prochain, les trois hommes étaient les invités d'Europe matin mercredi.

"Il ne voulait pas faire de tests". Tout est parti d'une rencontre sur une chaîne de télévision américaine. "On l'a rencontré et on lui a dit en rigolant : 'on écrit notre livre en ce moment, tu devrais faire ça en film'", se souviennent les trois héros. Et Clint Eastwood les a finalement pris aux mots. Non seulement il a choisi d'adapter leur livre, mais le cinéaste leur a demandé de jouer leur propre rôle. "Il nous l'a demandé trois semaines avant le début du tournage, à la toute dernière minute", explique Anthony Sadler. "Il ne voulait pas faire de tests ou que l'on prenne des leçons pour jouer".

"C'était une bonne expérience". Anthony Sadler, Alex Skarlatos et Spencer Stone se sont donc retrouvés à revivre ces événements d'août 2015. "On était avec tous les gens qui étaient présents le jour de l'attaque. C'était une bonne chose pour nous tous, une bonne expérience", raconte Spencer Stone. Le réalisateur américain n'a pas seulement fait appel aux trois soldats américains, il est également allé chercher les policiers, l'équipe médicale, le personnel du train mais également les passagers présents ce jour-là. Parmi eux, Mark Moogalian, qui a tenté d'arrêter le terroriste lui aussi et a été gravement blessé. "On l'avait rencontré à plusieurs reprises avant le tournage, donc on est devenu vraiment copain avec lui. C'est un ami pour la vie", souligne Spencer Stone.

"Je voyais ça à l'écran et c'était exactement comme dans mes souvenirs". Après le tournage, il y a eu le résultat. Un long-métrage de 1h34 donc, dans lequel on revit également les jours qui ont précédé le drame. "Ce n'était pas toujours très drôle de regarder ça avec tout le monde", se souvient Alex Skarlatos, lorsqu'ils ont découvert le film. "Je voyais ça à l'écran et c'était exactement comme dans mes souvenirs". Et après avoir goûté aux joies d'un tournage de cinéma, les trois amis ne diraient pas non pour une nouvelle expérience. "Si on peut faire une carrière au cinéma et avoir d'autres rôles, ça serait chouette", concluent-ils.

>> Regardez la bande-annonce du film :