Iran-Portugal : qui est favori ? Cinq infos pour réussir vos pronostics

  • A
  • A
Iran-Portugal : qui est favori ? Cinq infos pour réussir vos pronostics
L'Iran et le Portugal peuvent tous les deux se qualifier pour les huitièmes de finale, lundi.@ Jack GUEZ / AFP
Partagez sur :

L'Iran et le Portugal s'opposent lundi, à Saransk. Un nul suffit aux partenaires de Cristiano Ronaldo pour continuer leur route en Coupe du monde. Mais l'Iran, équipe surprise de ce groupe B, peut également se qualifier. Alors, sur qui allez-vous miser ?

Quatre buts en deux matches, un Cristiano Ronaldo dans une forme olympique… En dépit des apparences, le Portugal n'est pas encore qualifié pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde. Les champions d'Europe en titre doivent terminer le travail face à l'Iran, lundi à Saransk, à partir de 20 heures. Un match nul leur suffirait. Mais la "Team Melli" veut continuer à créer la surprise. Et sauter sur l'occasion de pouvoir participer au deuxième tour.

Les scénarios possibles. Avec quatre points, le Portugal, en tête du groupe B à égalité avec l'Espagne, sera qualifié pour les huitièmes en cas de victoire ou de match nul. Une défaite et il faudra alors regarder du côté de Kaliningrad, où l'Espagne et le Maroc ont rendez-vous au même moment. Si le voisin ibérique s'incline sur un score plus lourd face aux "Lions de l'Atlas", la Seleçao pourra lever les bras au ciel. Un revers assorti d’un nul ou d’une victoire de la Roja mettrait en revanche fin à leur rêve. Les Iraniens, troisièmes de la poule avant cette dernière rencontre, doivent quant à eux gagner pour continuer l'aventure. Un nul pourrait néanmoins leur suffire si l’Espagne venait à s’incliner par au moins deux buts d’écart.

"Team Melli", la belle surprise. L'Iran, 37ème au classement Fifa - le Portugal est quatrième - a toutes les chances de déjouer les pronostics. Qualifiée pour le Mondial après une remarquable campagne asiatique lors de laquelle elle n'a perdu aucun match, l'équipe dirigée par… le Portugais Carlos Queiroz a surpris tout son monde en Russie. D'abord en l'emportant sur le fil face au Maroc (1-0), mais surtout en tenant tête à l'Espagne, ne devant sa défaite qu'à la chance de Diego Costa (1-0). "Nous devons nous préparer à une bataille difficile, avec deux équipes qui veulent gagner et qui vont tout donner pour la victoire (..) L'Iran n'a rien à perdre", a déjà souligné le sélectionneur du Portugal, en conférence de presse d'avant-match.

L'Iran a le mal de l'Europe. Diego Santos et les siens peut néanmoins s'appuyer sur les statistiques pour se rassurer :  l'Iran n'a jamais gagné un match de Coupe du monde contre une équipe européenne. Le bilan est d'un match nul pour six défaites. Hormis une défaite en 2002 contre la Corée du Sud (1-0), alors pays hôte, la Seleçao, elle, a remporté ses trois autres confrontations contre des formations asiatiques dans la compétition.

Un bon souvenir pour "CR7". L'Iran et le Portugal s'étaient d'ailleurs affrontés lors de la Coupe du monde 2006, en Allemagne. Le Portugal l'avait alors emporté 2-0, grâce à des buts de Deco et… Cristiano Ronaldo. Son tout premier dans un Mondial. Pour trouver trace d'une autre rencontre entre les deux sélections, il faut remonter à 1972. À l'occasion d'un match amical à Téhéran, les Portugais avaient largement pris le dessus (3-0).

Moutinho incertain côté portugais. Vu l'enjeu, il semble très peu probable que l'une des deux équipes choisisse de faire tourner son effectif lundi soir. La présence de Joao Moutinho au coup d'envoi reste la seule incertitude de ce match : le milieu de terrain de l'AS Monaco n'a pas pris part à l'entraînement du Portugal samedi. Il a pourtant l'occasion de devenir, avec 113 sélections, le troisième joueur le plus capé de l'histoire de la Seleçao, derrière Luis Figo (127) et Cristiano Ronaldo (152).