Coupe du monde : pour Maradona, la France est "est l'un des candidats au titre"

  • A
  • A
Coupe du monde : pour Maradona, la France est "est l'un des candidats au titre"
@ GLYN KIRK / AFP
Partagez sur :

La légende du football argentin prévient samedi dans Marca que le huitième de finale entre l’Argentine et la France ne sera pas simple pour l’Albiceleste. Même s’il croit en la victoire. Et en Messi.

Cela ressemble fort à une mise en garde. La France "est l'un des candidats au titre" au Mondial-2018, prévient l'icône du football argentin Diego Maradona dans une interview au quotidien espagnol Marca, disant "respecter beaucoup" les Bleus avant leur huitième de finale samedi contre l'Argentine.

"J'ai beaucoup de respect pour la France". "Le Mondial commence maintenant, on ne peut plus spéculer. Je mets une pièce sur l'Argentine mais je respecte beaucoup la France. C'est l'un des candidats au titre", dit Maradona dans cet entretien réalisé jeudi et publié samedi. "Le gardien, (Hugo) Lloris, ne se troue jamais, ni en sélection ni en club (avec Tottenham), et il y a (Antoine) Griezmann", souligne le champion du monde 1986. "J'ai beaucoup de respect pour la France", insiste-t-il.

Le Mondial de Messi , "Oui, bien sûr". Pour autant, malgré un début de Coupe du monde compliqué pour l'Argentine et sa star Lionel Messi, Maradona dit croire que ce tournoi puisse être "le Mondial de Messi". "Oui, bien sûr que cela peut être le cas. Cela ne fait que commencer, ce tournoi est encore en couches-culottes. C'est maintenant que commencent les mano a mano", souligne l'ancien international. "Plus personne ne peut se replier derrière, les équipes doivent attaquer. Sinon, au mieux, elles vont aux tirs au but. Si tu te contentes de défendre, on finit par te battre, normalement."

"J'ai la carapace beaucoup trop dure". Victime d'un malaise mardi pendant le match Argentine-Nigeria (2-1), Maradona réaffirme se sentir "parfaitement bien" physiquement et fustige les rumeurs qui l'ont brièvement donné pour mort. "A tous les supporters d'Espagne et à tous les lecteurs de Marca, je veux vous dire que j'ai la carapace beaucoup trop dure pour que quelques imbéciles me tuent", lance-t-il.