Coupe du monde : "Magnifique !", "Monumental", "Quelle folie !"... la presse française encense les Bleus... et Mbappé

  • A
  • A
Coupe du monde : "Magnifique !", "Monumental", "Quelle folie !"... la presse française encense les Bleus... et Mbappé
Comme la plupart des quotidiens, Le Parisien a choisi d'affiche en Une Kylian Mbappé, auteur d'un doublé samedi face à l'Argentine.
Partagez sur :

Au lendemain de la folle victoire de l'équipe de France face à l’Argentine (4-3) en huitième de finale de la Coupe du monde, les quotidiens français affichent en Une le visage de l'attaquant français, auteur d'un doublé à 19 ans à peine. 

REVUE DE PRESSE

Dans les kiosques, on ne voit que lui. Kylian Mbappé s'affiche dimanche à la Une de la plupart des quotidiens français. Loin d'être immérité tant l’attaquant français a été le grand bonhomme du huitième de finale de la Coupe du monde complètement fou opposant la France à l'Argentine (4-3) samedi à Kazan. Le joueur du PSG a provoqué un pénalty et surtout inscrit deux buts, devenant le deuxième joueur de moins de 20 ans à inscrire un doublé lors d'un match à élimination directe d'un Mondial. Le deuxième derrière un certain Pelé. Excusez du peu.

C'est donc logiquement Kylian Mbappé qui a été choisi par la presse française pour illustrer cette victoire historique. Ainsi L'Equipe, qui montre l'attaquant français félicité par Antoine Griezmann, avec ce titre : "Monumental".

une l'equipe

Monumental pour L'Equipe, mais "Magnifique !" pour Le Parisien, avec Mbappé, forcément. 

une le parisien

Mbappé encore pour Nice Matin, qui choisit tout de même d'afficher l'attaquant français entouré de plusieurs de ses coéquipiers venus le féliciter après l'un de ses buts. Le quotidien sudiste préfère insister sur le scénario du match en titrant "Quelle folie!"

une nice matin

D'autres quotidiens n'ont pu résister au jeu de mot, en n'oubliant pas qu'en face des Bleus, il y avait l'Argentine, emmenée par un certain Lionel Messi. "Avec Mbappé en Messie", titre ainsi La Voix du Nord. "Mbappé nouveau Messie", a de son côté choisi La Montagne

une voix du nord

une la montagne

Pour la presse européenne, "une étoile est née" :

La presse européenne accueille avec enthousiasme l'éclosion d'une grande star, Kilian Mbappé, 19 ans, étincelant lors de la victoire de la France face à l'Argentine (4-3) samedi en 8es de finale du Mondial-2018 . "Une étoile est née": le titre barre une double page intérieure du Corriere della Sera, premier quotidien d'Italie, qui publie une photo de Mbappé en Une. "Mbappé est le héros de l'équipe tricolore", enchaîne le quotidien allemand Bild. La Stampa de Turin établit la comparaison et titre "Comme Pelé".

"Petit joyau français sur les traces de Pelé". A la fin d'un match épique, sept buts et une infinité d'émotions, il y a le sourire de Mbappé, petit joyau français sur les traces de Pelé", écrit le journal. Pelé, la référence ultime, auteur à 17 ans d'un triplé en demi-finales et d'un doublé en finale au Mondial-1958 en Suède.

"Ce premier match à élimination directe a établi un standard en matière de drame, de beauté et d'audace, mais on se souviendra aussi du match lors duquel Kylian Mbappé a révélé au monde son talent en plein essor, devenant le premier adolescent à marquer deux buts dans un match de Coupe du monde depuis Pelé en 1958", estime le quotidien britannique The Times.

La fin de l'époque Messi. Surtout, les journaux soulignent que ce France-Argentine a scellé la fin de l'époque Messi, 5 fois lauréat du Ballon d'or, comme le Portugais Cristiano Ronaldo. "Pousse toi, Messi", lance  le journal britannique The Telegraph dans son cahier Coupe du monde, habillé par une photo du nouveau phénomène français. "Mbappé a marqué deux fois pour gagner la bataille des 10", écrit le journal. "Il a montré son talent à la face du monde et jeté une ombre sur Lionel Messi", enchaîne le quotidien français L'Equipe. Même tonalité pour la Repubblica à Rome: "Messi peut partir tranquille, où et comme il voudra, mais nous sommes entrés dans une autre époque, celle de Kylian Mbappé, qui a eu sur la Coupe du Monde le même impact que Pelé il y a 60 ans".