Coupe du monde : les cinq choses à retenir de la victoire de la Suède contre la Suisse

  • A
  • A
Coupe du monde : les cinq choses à retenir de la victoire de la Suède contre la Suisse
Emil Forsberg a inscrit son premier but de la Coupe du monde sur sa 14ème frappe.@ Olga MALTSEVA / AFP
Partagez sur :

La Suède s'est logiquement qualifiée pour les quarts de finale de la Coupe du monde en battant la Suisse (1-0), mardi à Saint-Pétersbourg. Emil Forsberg (66ème) a inscrit le seul but de la rencontre.

LE RÉSUMÉ DU MATCH

La Suède est en quarts de finale de la Coupe du monde. S'il peut être surprenant de la voir à ce niveau-là de la compétition, c'est tout sauf immérité. Les Scandinaves l'ont logiquement emporté (1-0) contre la Suisse, mardi après-midi à Saint-Pétersbourg, grâce au premier but d'Emil Forsberg dans le tournoi (66ème). Mais avec un peu plus de réalisme, ils auraient pu s'imposer bien plus largement et s'éviter quelques sueurs froides en fin de rencontre. Ils renouent donc avec le Top 8 mondial, un stade de la compétition qu'ils n'avaient plus connu depuis 1994. Ils tenteront de se qualifier pour le dernier carré face au vainqueur du duel entre la Colombie et l'Angleterre, prévu mardi soir.

Forsberg décisif des deux côtés du terrain. La Suède doit sa qualification à un homme. Logiquement élu homme du match, Emil Forsberg a inscrit le but de la victoire (66ème) en décochant une frappe à l'entrée de la surface, qui a vu sa trajectoire déviée par le défenseur suisse Manuel Akanji. Une action qui permet au milieu offensif suédois de faire trembler les filets pour la première fois dans ce Mondial, sur sa 14ème tentative. Quelques minutes plus tard (80ème), il était devant sa propre ligne de but pour repousser une tentative de la tête de Breel Embolo sur un corner suisse. Il est sans contestation possible, le grand artisan de la qualification de la Suède.



Possession de balle stérile pour la Suisse. Les Helvètes ont poussé pour tenter de revenir au score en fin de match mais avant cela, ils ne s'étaient jamais montrés réellement dangereux malgré une possession de balle largement en leur faveur (63% contre 37% pour la Suède). Face à un bloc suédois bien en place, ils n'ont jamais réussi à mettre suffisamment de rythme dans leurs offensives. Leur total de 18 tirs (dont 4 cadrés) est trompeur dans la mesure où neuf de leurs tentatives ont été contrées par un défenseur scandinave.

Victoire logique de la Suède. C'est donc une victoire méritée pour la Suède, qui s'est procurée les plus belles occasions de la partie. Si la Suisse a pu longtemps rester dans le match, c'est uniquement grâce au cruel manque de réalisme des Suédois. Souvent, ces derniers ont fait preuve de maladresse, que ce soit Marcus Berg (8ème), Albin Ekdal (9ème, 41ème) ou encore Ola Toivonen (49ème). Parfois, c’est Yann Sommer, le gardien de la Nati, qui sauvait les siens, à l’image de cette parade sur une tentative de Marcus Berg (28ème). Les Scandinaves auraient même pu aggraver le score en toute fin de rencontre. Après avoir poussé Martin Olsson dans le dos à la limite de la surface de réparation, Michael Lang a été logiquement exclu (90ème +4). Sur le coup-franc qui a suivi, Ola Toivonen a forcé Yann Sommer à un nouvel arrêt.

Un quart de siècle pour un quart de finale. Cela faisait près de 25 ans que la Suède attendait de retrouver les quarts de finale d'une Coupe du monde. Il faut revenir très exactement 24 ans en arrière pour voir les Suédois se hisser dans le Top 8 mondial. Aux Etats-Unis, en 1994, ils avaient été éliminés en demi-finale par le Brésil (0-1) avant de s'octroyer la troisième place en battant la Bulgarie (4-0) lors du match pour la troisième place.

La Suisse attend toujours. Pour la Nati, il faudra encore attendre avant de remporter un match à élimination directe dans un Mondial. Les Helvètes n'ont jamais connu ce plaisir malgré un quart de finale en 1954 (leur meilleure performance). A cette époque, les qualifiés du premier tour accédaient directement aux quarts de finale du tournoi.