Coupe du monde 1998 : Michel Platini admet "une petite magouille" pour que France et Brésil s'évitent avant la finale

  • A
  • A
Coupe du monde 1998 : Michel Platini admet "une petite magouille" pour que France et Brésil s'évitent avant la finale
@ VALERY HACHE / AFP
Partagez sur :

L'ancien président de l'UEFA était coprésident du comité d'organisation de la Coupe du monde 1998, en France. Sur France Bleu, il a confié qu'"une petit magouille" a permis à la France d'éviter le Brésil avant la finale.

Invité de l'émission Stade Bleu, qui sera diffusée dimanche sur France Bleu, Michel Platini s'est laissé aller à quelques confessions concernant la Coupe du monde 1998. Il a ainsi reconnu "une petite magouille" concernant l'organisation du calendrier du Mondial remporté par la France pour éviter aux joueurs d'Aimé Jacquet d'affronter le Brésil avant la finale.

"Vous pensez que les autres ne le faisaient pas ?". À l'époque, l'ancien international français était coprésident du comité d'organisation de la Coupe du monde 1998, organisée en France. Un comité chargé du calendrier de la Coupe du monde. Et à écouter Michel Platini, un petit arrangement a été fait pour que la France et le Brésil ne s'affrontent pas avant la finale. "On a fait une petite magouille : si la France et le Brésil terminaient chacun premier de leur groupe, ils ne pouvaient pas se rencontrer avant la finale", explique-t-il.

On ne va pas s'emmerder pendant six ans à organiser la Coupe du monde si on ne peut pas faire quelques petites magouilles

La "petite magouille" en question a consisté à placer automatiquement le Brésil, tenant du titre, dans le groupe A, et la France, pays organisateur, dans le groupe C, les six autres têtes de série étant alors placées par tirage au sort dans les autres poules. Le tableau final étant préétabli - le 1er du groupe A affronte le 2e du groupe B en 8e de finale, et ainsi de suite... - si la France et le Brésil remportaient leur poule, il leur était impossible de se croiser avant le soir du 12 juillet au Stade de France.

"On ne va pas s'emmerder pendant six ans à organiser la Coupe du monde si on ne peut pas faire quelques petites magouilles. Vous pensez que les autres ne le faisaient pas dans les autres Coupes du monde ?", a poursuivi un Michel Patini hilare. Selon lui, une finale France-Brésil était "le rêve de tout le monde".

Aujourd'hui, Michel Platini est toujours suspendu de toute activité en relation avec le football, suite à une décision de la Commission d'éthique de la FIFA, confirmé par un jugement du Tribunal arbitral du sport.