Une application iPhone pour le Vélib’

  • A
  • A
Une application iPhone pour le Vélib’
@ REUTERS
Partagez sur :

L’objectif est de rendre service aux utilisateurs, mais aussi d’enrayer la perte d’abonnés.

Imaginez-vous au guidon de votre Vélib, cheveux au vent, votre iPhone entre les mains. Jusqu’ici vous pouviez déjà chercher votre chemin et une borne grâce à l’application allbikesnow ou la fonction GPS. Mais quid des calories dépensées et des dernières nouvelles du blog Vélib ? Tout ceci sera désormais disponible, à partir de mercredi, sur une application iPhone gratuite.

L’application comporte des informations "qui nous semblent indispensables comme la disponibilité des vélos et des points d’attache", explique à Europe.fr Annick Lepetit, adjointe au maire de Paris chargée des déplacements. Elle propose aussi des "informations pratiques" comme la localisation des services de la ville et la météo. Et enfin des "outils ludiques" comme le calcul des calories ou des économies d’émissions de CO2. L’application joue également la carte de l’interactivité avec la possibilité d’une connexion à Facebook.

Le nombre d’abonnés chute

"C’est un gadget", réagit Christine Lambert, présidente de l’association Mieux se Déplacer à Bicyclette. "Ce n’est pas sûr que ça va résoudre le problème d’engorgement des Vélib’s." Pas sûr non plus que ce nouvel outil redore l’image du Vélib’ et fasse remonter la courbe des abonnés. Après un "succès soudain", selon Annick Lepetit, le nombre d’abonnés longue durée (29 euros pour un an) a baissé de 12% entre mars 2009 et 2010. Le nombre de déplacements par jour est en revanche stable : 75.000 en moyenne et 100.000 au plus fort de l’été.

Annick Lepetit rappelle que cet engouement suivi d’une baisse est observé dans toutes les villes qui ont recours à un service de vélo en libre service. Mais la mairie et JC Decaux travaillent sur de nouvelles formules à proposer et une procédure plus simple pour les abonnements et réabonnements. A l’heure de l’application iPhone, il est en effet impossible de faire ces opérations sur internet uniquement. Il faut toujours envoyer un courrier et un règlement par chèque. Pas très web 2.0 comme formule.