Sale coup pour les ostréiculteurs

  • A
  • A
Sale coup pour les ostréiculteurs
@ MAXPPP
Partagez sur :

La consommation de coquillages de l'ouest de la France est provisoirement interdite.

La pêche, la consommation et la commercialisation des huîtres, moules et autres coquillages provenant du littoral de Charente-Maritime et d’une partie du littoral de Vendée est provisoirement interdite. Ces coquillages contiennent une toxine en quantité très supérieure au seuil réglementaire a annoncé le ministère de l'Agriculture et de la Pêche samedi.

L'interdiction restera valable tant que deux analyses consécutives ne se seront pas révélées négatives, précise le ministère.

Les infections alimentaires causées par ces toxines se traduisent par des troubles digestifs dans un délai de 2 à 24 heures après la consommation des coquillages contaminés. Ces troubles peuvent être suivis de sensations d'étourdissement, de maux de tête persistants, d'une désorientation et éventuellement d'une perte de la mémoire récente, ajoute le ministère.

Nouveau "coup de massue"

Cette interdiction est un nouveau "coup de massue" pour la profession déjà touchée par la tempête Xynthia, a estimé samedi François Patsouris, président de la section conchylicole de Poitou-Charentes. "Je suis KO debout (...) la situation est très inquiétante", a-t-il déclaré.

En Vendée, seules cinq zones de production sur dix sont concernées le Perthuis breton, la Tranche-sur-Mer et la Faute-sur-Mer, la rivière de Lay, l'Aiguillon et l'estuaire de la Sèvre Niortaise. "Tout ce qui est au nord, de Talmont Saint-Hilaire à Noirmoutier y compris la baie de Bourgneuf est autorisé", a dit le préfet de Vendée Jean-Jacques Brot.

Retrait et rappel des coquillages

En Charente-Maritime et en Vendée, "les exploitants concernés ont procédé au retrait et rappel de la commercialisation des coquillages récoltés dans ces zones depuis le 17 mars 2010", a ajouté le ministère.

Les zones concernées par la présence de cette toxine- produite par des algues microscopiquesprobablement remontées à la surface lors de la tempête et brassées par les remous - correspond aux zones touchées par la tempête Xynthia, mais la préfecture estime qu'il est trop tôt pour y voir un rapport de cause à effets.

C'est en tout cas un nouveau coup dur pour les ostréiculteurs de l’ouest du pays. Ils ont connu des dégâts très importants sur leurs parcs lors du passage de la tempête Xynthia, dans la nuit du 27 au 28 février.

REAGISSEZ - En dehors des interdictions, consommez-vous moins d'huîtres ?