Partez en vacances sereins

  • A
  • A
Partez en vacances sereins
@ MAXPPP
Partagez sur :

Europe1.fr vous donne des conseils pour éviter les pièges à touristes nombreux en été.

Refuser une chambre d’hôtel à un célibataire, payer un verre d’eau au restaurant, imposer un vestiaire payant en discothèque, … légal ou pas légal ? Europe1.fr fait le point sur les recommandations pour échapper aux arnaques estivales.

Séjourner à l’hôtel. Un hôtelier ne peut pas refuser l'accès aux familles accompagnées d'enfants. Par contre, il peut majorer le prix de la chambre pour un lit supplémentaire. Il a, par contre, la possibilité de refuser de loger une troisième personne dans une même chambre et de vous contraindre à en prendre une seconde. Voyager seul ne peut être un motif discriminatoire à l’hôtel : l’établissement est contraint de louer une chambre même aux célibataires. Mais, il peut proposer une chambre double - s’il n’a pas de chambre individuelle ou encore si elles sont toutes occupées - et dans ce cas-là, le solitaire ne peut pas obtenir de réduction.

Par contre, l'hébergeur n'est pas contraint d’accepter des animaux domestiques. Mieux vaut poser la question au téléphone. En ce qui concerne les repas, le petit-déjeuner ou la demi-pension ne peuvent être imposés à ses clients.

Location saisonnière. Il est indispensable d’exiger un contrat écrit, pour se protéger en cas de litige. Autre condition nécessaire lors d’une location d’un logement saisonnier : l’état des lieux à l’entrée et à la sortie dans l’habitation. Il est conseillé d’inscrire l’état des meubles, de la moquette ou encore des papiers peints et il doit indiquer de façon précise tout ce que contient l’appartement. Il est aussi recommandé de relevé les compteurs d’eau et d’électricité. Par contre, si aucun état des lieux n’a été fait, ce sera au loueur d’apporter la preuve de la quantité, de la nature et du bon état des objets qui ont été confiés.

A table. Le restaurateur n’est pas tenu d’accueillir les animaux et s’il les accepte, il peut imposer la tenue en laisse. Par contre, un restaurateur ne peut interdire une table en raison de la présence d’enfants. De même, prendre un repas seul dans un restaurant même s’il est bondé ne peut vous être interdit. Côté carte, certains proposent un menu à bas prix le midi. Il ne peut vous être refusé si les horaires des conditions tarifaires ne sont pas indiqués. De plus, il n’est pas obligatoire de commander de l’eau minérale ou du vin : il est possible de demander une carafe d’eau.

Si vous estimez qu’un plat n’est pas assez chaud ou qu’il ne vous semble pas frais, le restaurateur est tenu de vous le remplacer. De même pour le vin, si la bouteille vous paraît bouchonnée. Par ailleurs, il est contraint de vous dédommager des frais de teinturier en cas d’incident lors du service. Et en cas de vol, l’établissement n’est pas tenu de vous indemniser sauf si vos vêtements étaient confiés au vestiaire du restaurant.

Sortir en discothèque. Comme à l’hôtel ou au restaurant, l’accès en club ne peut être discriminatoire. Par contre, côté tarifs, les propriétaires sont libres d’imposer le prix de leur choix. Mais il ne faut pas s’y laisser prendre : le vestiaire obligatoire et payant est interdit. Généralement, ce service est en supplément par rapport au prix d’entrée.

Prendre un taxi. Un taxi ne se hèle pas à moins de 50 mètres d’une station, et dans certaines villes interpeller un taxi en pleine rue est une pratique qui est décriée. A une station de taxi, il est possible choisir une voiture qui n’est pas en tête - notamment pour prendre un véhicule plus adapté à ses besoins -. Il suffit pour cela de s’adresser directement au chauffeur.

A Paris, le taxi est tenu d’accepter une quatrième personne dans son véhicule, pour 3 euros supplémentaires. A noter que pour toute course de plus de 15,24 euros, le chauffeur doit remettre au client un "bulletin" sur lequel sont inscrites toutes les caractéristiques de la course.

Shopping. Attention aux produits contrefaits ! Tous les domaines sont concernés : de l’habillement, aux accessoires de mode, en passant par les accessoires autos. Même si leurs prix sont attractifs en comparaison aux "vrais", leur origine et leur qualité est généralement très différente. La contrefaçon est un délit. Les produits achetés peuvent être saisis par les douaniers et ils peuvent vous infliger une amende.

Il est nécessaire aussi d’être vigilent quant aux termes employés. Lorsque l’on parle de table d’hôtes, la cuisine doit être prise à la table familiale, être de qualité et les ingrédients du terroir de préférence. Il ne doit pas y avoir plusieurs menus, ni des clients qui ne dorment pas dans la maison d’hôtes. Quant aux fermes-auberges, elles doivent promouvoir le faire-valoir des productions végétales et animales de l’exploitation. Les approvisionnements extérieurs sont possibles, mais doivent être limités. Enfin, l’activité hôtelière ne doit pas prendre le pas sur le travail à la ferme.

> La direction générale de la concurrence et de la répression des fraudes a édité un guide, disponible sur internet. Des extraits, sous forme de fiches pratiques, seront distribués en juillet sur les routes des vacances.