Orange se lance dans le "quadruple-play"

  • A
  • A
Orange se lance dans le "quadruple-play"
@ MaxPPP
Partagez sur :

L’opérateur va combiner internet, télévision, téléphone fixe et mobile.

Orange va lancer dans les prochaines semaines une offre "quadruple-play", c'est-à-dire combinant internet, télévision, téléphone fixe et mobile, a annoncé jeudi son directeur financier Gervais Pellissier.

On ignore pour l’instant le tarif qui sera adopté. Seul Bouygues Telecom s'était jusqu'à présent lancé sur ce créneau avec son forfait Ideo, en mai 2009. L’opérateur propose à partir de 44,80 euros par mois l’internet illimité, cent chaînes de télévision, des appels illimités vers les fixes en France et une centaine de pays ; à quoi s’ajoute un forfait mobile de incluant aussi l’internet illimité.

Orange a justifié son intérêt pour une telle offre par l'arrivée de Free comme quatrième opérateur mobile français, prévue pour 2012. "Chacun se prépare à l'arrivée d'un quatrième opérateur en termes de structure de ses offres, je pense en particulier au quadruple-play qui a été lancé l'année dernière et qui va faire partie de notre offre dans les semaines qui viennent", a expliqué Gervais Pellissier.

Diversification des offres

L'opérateur va également miser sur "la poursuite de la stratégie de segmentation de la clientèle", notamment en s'adressant aux clientèles avec un plus faible pouvoir d'achat, car "généralement un quatrième opérateur va plutôt viser le bas du marché", a-t-il précisé. Orange s’est déjà aligné sur la concurrence en proposant le "triple play" - téléphone, internet et télévision - à 29,90 euros par mois. Une offre entrée de gamme à 19,90 euros, devrait également voir le jour prochainement.

Une nouvelle équipe de direction

L’information a été dévoilée alors que France Télécom présentait les résultats du groupe pour 2009, en baisse. Le chiffre d’affaire a baissé de 3,7% en 2009 à 45,94 milliards d'euros, un chiffre qui exclut ses activités au Royaume-Uni qui vont être fusionnées avec T-Mobile, tandis que son bénéfice net a lui aussi reculé, de 26,3% à 2,997 milliards.

L’entreprise a aussi dévoilé une équipe de direction renouvelée après la vague de suicides de salariés qui l'a secoué ces derniers mois et promettant un nouveau projet stratégique avant l'été. Stéphane Richard, le nouveau patron de France Télécom, a fait appel à trois personnalités extérieures, Christine Albanel, ancienne ministre, Pierre Louette, de l'AFP, et Bruno Mettling, de la Banque Populaire.