Météo pourrie, porte-monnaie rempli

  • A
  • A
Météo pourrie, porte-monnaie rempli
@ maxppp
0 partage

CONSO - Quand la météo fait des caprices, les factures d’énergies sont moins élevées et c’est bon pour notre pouvoir d’achat.

On n’a pas eu très froid en hiver, ni très chaud en été. Bref, vos chaudières et appareils de climatisation ont été moins sollicités cette année et selon une étude du cabinet Sia Partners, les ménages ont gagné 1,8 milliard d’euros en pouvoir d’achat.

Y’a plus de saison, ma brave dame ! Vous l’aurez remarqué, la météo a fait des facéties cette année. En janvier, la température a été en moyenne de 2,2°C supérieure aux normales. Au mois d’août, il a fait  2,2° degrés de moins qu’un mois estival de base.

>> LIRE AUSSI - L'été est-il vraiment pourri ? 

Moins de consommation d’énergie. Par conséquent, de janvier à fin août, les ménages français ont moins allumé le chauffage. Puis, cet été, ils ont moins fait tourner les climatiseurs. Par rapport à la même période de 2013, la consommation des Français a diminué de 8% pour l'électricité et de 13% pour le gaz naturel.

Et plus de sous pour nous. Cette baisse de consommation d’énergie est une  bonne nouvelle pour nous : "il y a un impact sur le pouvoir d'achat des ménages", avec une facture énergétique allégée de 1,8 milliard d'euros, a souligné Matthieu Courtecuisse, le dirigeant de Sia Partners. Pas de quoi s’affoler cependant. Cette somme divisée par le nombre de Français donne 28 euros de pouvoir d’achat en plus par personne. Un resto et un ciné avec pop-corn, en fait. 

>> LIRE AUSSI - La fréquentation des cinémas en hausse en juillet. 

Moins d’argent pour EDF et GDF. Pour les fournisseurs, notre moindre consommation est en revanche une mauvaise nouvelle. Le secteur électrique a perdu 850 millions d’euros et celui du gaz, 950 millions. L’Etat est lésé aussi : « en gros, cela fait 360 millions d’euros de TVA collectés en moins », a relevé Matthieu Courtecuisse. 

Que les fournisseurs se consolent, "l’année n’est pas terminée. Rien n’empêche qu’un hiver froid se mette  en place", a ajouté le cabinet. De quoi relancer la gourmandise des chaudières. 

>> LIRE AUSSI - Tourisme : ces régions qui ont souffert de la météo.