Merciservicepublic.com suspendu

  • A
  • A
Merciservicepublic.com suspendu
Partagez sur :

Le site a provisoirement fermé "face à l'afflux important de messages injurieux".

Fin décembre, les grèves et accidents sur le réseau ferré d’île-de-France avaient provoqué la colère d’un grand nombre d’usagers, excédés par les perturbations du service. Des franciliens particulièrement remontés ont décidé de donner la parole aux usagers en créant le site merciservicepublic.com, un exutoire pour internautes en colère.

Sur merciservicepublic.com, pas question de chanter les louanges des services publics. Tout au contraire, les usagers sont encouragés à se plaindre, à pointer du doigt les défauts de l'administration. "Marre de perdre son temps à longueur de journée" peut-on lire sur le site, qui propose même un compteur pour cumuler le temps perdu par les utilisateurs depuis leurs inscriptions.

Les créateurs du site ont toutefois pris des précautions. Ils demandent aux inscrits de rester poli, de ne nommer personne et d’ajouter une pointe d’humour dans leurs messages. Tout message personnel ou trop virulent sera supprimé préviennent-ils.

Mardi en fin d’après-midi, le site n’était plus disponible, "face à l'afflux important de messages injurieux, politiques et sans humour, nous mettons en pause la publication de vos coups de gueules quelque temps", écrit Sébastien, à l’origine du site.

Âgé de 30 ans, "dans l’informatique depuis quelques années", Sébastien explique à Europe1.fr qu’il a été "très dérangé par la grève du RER A". "À force d’être en retard et de me prendre des remarques de mon patron, j’ai eu besoin d’un exutoire" raconte-t-il. Le jeune homme dit avoir voulu créer un site où il pourrait "exprimer (son) propre ras le bol". Mais cette "tribune" est devenue "en un jour" un objet incontrôlable: "on faisait 1.000 pages vues en moyenne par jour, et aujourd’hui c’est monté à 25.000/30.000, il y a eu environ 500 messages postés".

500 messages en un jour, c’est trop pour Sébastien : "J’ai un travail par ailleurs, donc je ne pouvais plus modérer au fur et à mesure. Il y avait beaucoup de messages trop politisés, j’ai été débordé, donc j’ai fermé le site". Cette fermeture est provisoire, la réouverture est annoncée mercredi à 10h. Le créateur de merciservicepublic.com ne veut pas que son site "soit une bagarre public/privé". Il souhaite rediriger la ligne éditoriale "vers un truc plus fun" : "Je vais expliquer que ça n’est pas un lieu pour se battre. Le problème, c’est que ce sont toujours les gens mécontents qui s’expriment sur Internet. Il serait bien que ce soit comme un outil de veille sur la qualité des services publics".

Librement inspiré du site viedemerde.fr, crée en 2008 pour permettre aux internautes de raconter les déboires et petits désagréments de leurs vies quotidiennes. Il explique qu’il n y a "absolument pas de business model" derrière merciservicepublic.com, ni même "une grosse société qui chercherait à faire du clic". "Ça n’est pas un buzz caché par une quelconque boîte qui voudrait se faire connaître", assure-t-il, "je ne cherche pas du tout à gagner de l’argent. Si je peux mettre juste une pub et gagner un voyage au soleil, tant mieux, mais ça ne va pas plus loin".

> "C’est pas très net", la chronique de Guy Birenbaum dans Le Grand Direct de l'Info