Logo, taxe, pub : des mesures-choc pour mieux manger

  • A
  • A
Logo, taxe, pub : des mesures-choc pour mieux manger
@ MAXPPP
Partagez sur :

Un rapport vient d'être remis à la ministre de la Santé, il préconise notamment de valoriser les produits sains.

"Manger 5 fruits et légumes par jour", "éviter de manger trop gras, trop sucré, trop salé", "éviter de grignoter entre les repas"... Ces slogans, vous les entendez régulièrement depuis février 2007 à la télévision ou à la radio après les publicités pour des produits alimentaires. Un rapport remis mardi à la ministre de la Santé veut aller beaucoup plus loin pour améliorer l'alimentation des Français. L'objectif des propositions est de mieux informer pour lutter contre l'obésité, un problème de santé publique. Europe1.fr vous en présente les principaux points.

Un logo pour établir un "score nutritionnel". Le Pr Serge Hercberg, spécialiste de la nutrition (Inserm) et auteur du rapport, préconise de créer un système simple de logo et de couleurs. Apposé sur la face avant des emballages des aliments, mais aussi sur les rayons (fruits légumes) ou dans les magasins (pain...), ou encore dans les fast-food et sur les publicités, le logo coloré devrait permettre aux consommateurs de s'y retrouver facilement pour mieux équilibrer leur alimentation. Le but est d'établir un "score nutritionnel global" de l'aliment, classé du moins favorable au plus favorable. "Une mesure coup de poing !", assure la journaliste Isabelle Saporta, spécialiste des questions de consommation et d'alimentation. 

supermarché 930

© Max PPP

L'arme de la taxe. Le Pr Hercberg préconise également de moduler la TVA en fonction de ce "score nutritionnel". Ainsi le muesli nature, les fruits et légumes ou le pain complet bénéficieraient d'un réduction de TVA. En revanche, les chips les plus grasses et les plus salées, les pâtes à tartiner auraient une taxe plus élevée. "Toute amélioration que ferait l'industrie réduirait la taxe", assure le nutritionniste.

Limiter (encore) la publicité. Le Pr Hercberg recommande carrément d’interdire la publicité pour les produits alimentaire à la télévision dans la journée (entre 7h et 22h). L'interdiction totale de pub (TV, radio, presse écrite, internet) pour des produits de régime amaigrissants, "qu'il s'agisse de suppléments/compléments, de livres, ou encore de méthodes" figure également dans le rapport. Il propose aussi d'interdire "certaines promotions en volume par exemple de boissons sucrées".

>> Le problème est que les publicités de l'industrie agroalimentaire représentent "1.600 millions d'euros pour les chaînes de télévisions", selon Isabelle Saporta :



Finie l'incompréhension au supermarché !par Europe1fr

Un "coupon fruits et légumes". Manger mieux coûte plus cher ? Le Pr Hercberg suggère alors de distribuer des "coupons fruits et légumes" (non échangeables) pour les familles les plus défavorisées. Le rapport préconise également de faciliter, pour tous, la pratique d'une activité physique et sportive". Des "tickets sports" pourraient ainsi être donnés à ces mêmes familles pour inscrire les enfants dans des clubs sportifs.

24.11 fruits et légumes sacs 930620

"C'est faisable". Le Pr Hercberg est conscient des "obstacles" que vont rencontrer ses propositions. Mais "c'est faisable", assure-t-il en soulignant que les mesures incitatives et les chartes d'engagement des industriels de l'agro-alimentaire ont montré leur limites. Isabelle Saporta estime pour sa part que le blocage viendra de Bruxelles. "C'est là bas que ça bloque, que les lobbies sont les plus forts et où nos députés sont les moins courageux", déplore Isabelle Saporta.


sur le même sujet, sujet,

ZOOM  - Savez-vous ce que vous mangez ?

ZOOM - Lutte contre l'obésité: mangez en famille

PORTRAIT - Qui sont les mangeurs de bio ?

GUEGUERRE - Menace le régime méditerranéen