Les vols de poussettes marchent comme sur des roulettes

  • A
  • A
Les vols de poussettes marchent comme sur des roulettes
@ REUTERS
Partagez sur :

En deux ans, les vols de poussettes ont été multipliés par cinq selon les professionnels du secteur. Un nouveau trafic lucratif.

Les "gangs des poussettes" se développent. Ils ne correspondent pas à l’idée qu’on se fait du criminel standard, pourtant, les "gangs des poussettes" fleurissent en France. A tel point que les professionnels du secteur estiment que les vols ont été multipliés par cinq ces deux dernières années. La police s’est donc lancée sur la piste de ces "gangs des poussettes", dont plusieurs réseaux ont été démantelés à Paris, où 300 vols ont été recensés ces derniers mois, selon le Figaro. Un trafic qui peut s’avérer lucratif, puisque les poussettes peuvent coûter jusqu’à mille euros pièce pour les plus sophistiquées. En Angleterre, 340.000 familles ont été victimes de ce vol, ce qui représente un coût de 46 millions d'euros en 2009, selon Slate.

>> LIRE AUSSI - Ils volaient des poussettes en famille

Bien sûr, ils n’agissent pas dans les banques ou les bijouteries, mais dans les parcs, aux abords des écoles ou dans les halls d’immeubles et les crèches. C’est d’ailleurs dans l’une d’entre elles que Déborah, mère de famille, s’est fait dérober sa poussette. Au micro d’Europe 1, elle raconte que "pas une seconde à ce moment-là", elle n’a pensé à un vol.  "Je me suis dit, 'c’est une erreur d’un parent, elle devait ressembler à la leur’ ", poursuit-elle avant de conclure, amère : "c’est hallucinant, peut-être que ce sont des parents qu’on côtoie à qui on dit bonjour, c’est petit."

Des traceurs pour retrouver les poussettes ? Victimes collatérales de cette criminalité un peu particulière, les magasins spécialisés. Après un ou deux vols, les parents se détournent des poussettes neuves et en rachètent une d’occasion. Ce qui fait mécaniquement chuter leurs ventes, explique Sylviane, responsable d’une enseigne parisienne, qui pense avoir trouvé une parade : "C’est un ingénieur qui m’a donné l’idée, il a installé un traceur sur sa poussette après se l’être fait voler deux fois. Comme ça, il a pu suivre sa poussette. Il suffit d’en cacher un discrètement, de le coudre dans le tissu."

En attendant la solution miracle, vous pouvez toujours tenter le cadenas.  La police conseille avant tout d’aller porter plainte, car on ne le sait pas toujours, mais certaines poussettes sont numérotées et peuvent donc être retrouvées.