Les soldes flottants remis en question

  • A
  • A
Les soldes flottants remis en question
@ MAXPPP
Partagez sur :

Ils perturbent les clients et cassent l’engouement pour les soldes, selon des commerçants.

Tandis que les consommateurs traquaient les dernières bonnes affaires mardi à la fin des soldes, les commerçants faisaient leurs comptes. Une bonne partie d'entre eux affichent leur satisfaction, mais beaucoup regrettent une date de démarrage tardive et ne veulent plus des soldes flottants.

Tous s'accordent à dire que les soldes d'été ont démarré en fanfare, mais une partie des commerçants s'estiment pénalisés par un début tardif, le 30 juin, trois jours avant les vacances scolaires, au lieu du 24 l'année dernière. La loi fixant le début des soldes d'été au dernier mercredi de juin.

Les grands magasins à la fête

Le bilan provisoire n'en est pas moins "globalement satisfaisant", a fait valoir le secrétaire d'Etat au Commerce Hervé Novelli. Il s'attend ainsi à "une progression moyenne de plus de 5%, entre 5 et 15%", a-t-il expliqué mardi. Pour les résultats définitifs, il faudra attendre fin août.

Du côté des grands magasins c'est effectivement l'euphorie, avec une progression des ventes de 15% pour l'ensemble du réseau Galeries Lafayette par exemple. Pour les centres commerciaux, les soldes "se sont bien passés", selon Jean-Michel Silberstein, délégué général du Conseil national des centres commerciaux (CNCC), évoquant une augmentation de la fréquentation et des ventes "de l'ordre de 3%" pour les trois premières semaines. Déception en revanche pour la Fédération des enseignes de l'habillement (FEH). "Les deux premières semaines ont été bonnes et ensuite le soufflé est retombé", a regretté son président Jean-Marc Génis sur Europe 1.

Bilan en septembre

Certains commerçants mettent en cause l'impact sur leurs ventes des soldes flottants. Ils leur permettent de choisir deux semaines supplémentaires de soldes dans l'année. Ils estiment que l’engouement pour les soldes traditionnels n’est plus le même car les consommateurs s’habituent à des rabais toute l’année.

Hervé Novelli a annoncé qu'il réunirait avant le 15 septembre les fédérations du commerce. Il a reconnu que le calendrier décalé n'avait pas aidé les commerçants mais il a redit son attachement aux soldes flottants, institués par la Loi de modernisation de l'économie votée en 2008.