Les fraises et les tomates plus chères, pas forcément meilleures

  • A
  • A
Les fraises et les tomates plus chères, pas forcément meilleures
@ MAXPPP
Partagez sur :

MIAM - Les consommateurs se montrent très majoritairement déçus par le goût des tomates et des fraises vendues en grandes surfaces et ce quels que soient les prix.

Ce sont les meilleurs amis des salades légères d'été et des desserts gourmands. Tomates et fraises rencontrent un grand succès sur les étals dès que le soleil fait son apparition. Mais les consommateurs sont souvent insatisfaits des produits qu'ils achètent en grande surface. Selon une étude de la CLCV publiée mercredi, ils très majoritairement déçus par le goût des tomates et des fraises vendues en grandes surfaces et ce quels que soient les prix, dont les écarts peuvent pourtant être importants, l'origine ou la variété des produits.

>> LIRE AUSSI - Oui, cinq fruits et légumes par jour suffisent

L'association de consommateurs a procédé entre le 15 mai et le 30 juin à 52 séances de dégustation à l'aveugle auprès de 1.000 consommateurs. Elle a parallèlement effectué des relevés de prix dans plusieurs enseignes de la grande distribution dans 60 villes. "Les résultats globaux sont décevants en particulier pour les tomates qui ne sont appréciées que par 27% des consommateurs. Pour les fraises, les résultats sont meilleurs avec 43% des participants satisfaits du goût, mais là aussi les marges de progression apparaissent importantes puisque 39% considèrent que les fraises testées n'étaient "ni bonnes ni mauvaises", note la CLCV (Consommation, logement et cadre de vie).

Fait notable: la qualité gustative reconnue par les consommateurs ne diffère guère que le produit soit cher ou bon marché. Pourtant les écarts de prix sont loin d'être négligeables, souligne la CLCV. Pour les fraises, ils peuvent varier de 1 à huit, entre 2,4 euros le kilo et 16,80 euros. Les fraises "origine France" ont un prix moyen de 9,2 euros le kilo, alors que celles en provenance de l'étranger tournent autour de 5,3 euros. Certaines catégories, comme les gariguettes (10,7 euros), les ciflorettes (11,2) ou les maras des bois (11,7), apparaissent encore plus onéreuses. Et pourtant, l'enquête CLCV constate que "les fraises les moins chères ne sont pas plus mal notées que les fraises les plus chères".

Pour les tomates, le bilan surprend plus encore: les "préférées des consommateurs sont plutôt les moins chères", 25,6% des sondés déclarant ne pas aimer les tomates à 2,9 euros le kilo, contre 22,2% celles à 1,7 euro. Les écarts de prix sont moins importants (de 1 à 7 euros le kilo) que pour les fraises, car la majorité des tomates, au moment des relevés, étaient d'origine française, indique la CLCV. Les variations de tarifs se justifient davantage par la variété, les tomates en grappes étant meilleur marché que les rondes ou les côtelées (la fameuse "coeur de boeuf"). Mais là encore, les plus chères ne sont pas forcément les plus appréciées: 66,6% des consommateurs adorent ou aiment beaucoup les tomates en grappes, 61% les côtelées.

Enfin, alors que la question de l'origine des fruits et légumes agite certains producteurs, dénonçant une concurrence déloyale, en termes de prix, et un goût insipide des produits importés, les consommateurs ne sont pas d'un avis aussi tranché. S'ils sont un peu plus nombreux à apprécier davantage les fraises françaises que les espagnoles (31,7% contre 28,1%), ils sont aussi plus nombreux à ne pas les aimer (16,4% contre 15,5%). Des raisons diverses pourraient expliquer ce manque de saveur constaté par les consommateurs. Des observateurs jugent que la recherche a privilégié la résistance aux maladies ou l'extension de la durée de conservation, parfois au détriment  du goût. Autre hypothèse: la grande distribution mise d'abord sur l'attrait des produits (couleurs et formes) pour séduire les clients. Or, relève Sophie Charmont, du Centre technique interprofessionnel des fruits et légumes (Ctifl), si on prend les tomates par exemple, "plus elles sont grosses, moins elles ont de goût".

>> LIRE AUSSI - La baisse des prix fragilise les agriculteurs