Électricité : le gel des tarifs est confirmé mais...

  • A
  • A
Électricité : le gel des tarifs est confirmé mais...
@ MAXPPP
Partagez sur :

ÉCLAIRAGE - Le Conseil d’État a décidé de ne pas suspendre le gel de la hausse des prix de l'électricité. Mais ce n'est que partie remise.

L'info. C'est une bonne nouvelle pour Ségolène Royal. Le Conseil d'Etat a rejeté vendredi matin la demande de suspension du gel des tarifs de l'électricité. La juridiction avait été saisie par l'Anode (association de fournisseurs alternatifs, concurrents d'EDF), qui contestent l'annulation de la hausse de 5% des tarifs de l'électricité prévue le 1er août dernier. La ministre de l’Écologie, du développement durable et de l'énergie, Ségolène Royal, avait annoncé en juin son intention de suspendre l'augmentation de 5% des prix de l'électricité. Un arrêté avait donc été pris en juillet par le gouvernement pour ne pas gonfler les tarifs. Le maintien de ce gel a une conséquence : les consommateurs n'auront pas à payer plus…pour le moment.

La bataille juridique se poursuit. Car le Conseil d’État, saisi en référé, a débouté l'Anode au motif que la condition d'urgence invoquée n'était pas remplie. Pour autant, cela ne signifie pas que tout est réglé. En effet, le Conseil d'état se prononcera "prochainement" sur le fond sur la demande d'annulation introduite par l'Anode, selon un communiqué. La bataille judiciaire n'est donc pas terminée entre les fournisseurs alternatifs et le gouvernement. Et une commission d'enquête parlementaire travaille actuellement pour rendre plus simple les modalités de fixation des prix de l’électricité et pour les rendre plus transparents.

>> LIRE AUSSI : Ce qui a changé (ou pas) le premier août

Une hausse modérée en…octobre. Si ce gel des prix est une bonne nouvelle pour les consommateurs, cela ne devrait pas durer. Selon le JDD, les factures EDF devraient bel et bien augmenter au 1er octobre. Mais la hausse ne serait que modérée, de l'ordre de 2% cette année. Le problème : cette limitation ne fait que retarder l'échéance. Le JDD explique : "d'ici la fin de l'année, il (le gouvernement, ndlr), devra définir une nouvelle évaluation des coûts de production du parc nucléaire, qui pèseront à leur tour sur les prix futurs".

Une forte augmentation en 2015. Ainsi, l'annulation de la hausse au mois d'août représente, toujours selon le JDD, un manque à gagner de 500 millions d'euros à EDF. Conséquence : la hausse n'est que reportée. Et forcément, EDF réclamera son dû. Les consommateurs doivent donc se préparer à une forte augmentation des prix de l'électricité, en 2015. Une chose est certaine : le prix du gaz devrait, lui, augmenter de 4% à partir du 1er octobre.