Le 1er mai, offrez du muguet !

  • A
  • A
Le 1er mai, offrez du muguet !
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le brin de muguet sera disponible au coin de votre rue, chez votre fleuriste et sur le web.

Pas de 1er mai, sans muguet. Le brin de clochettes sera en vente à de nombreux coins de rue comme chaque année samedi. Sur les trottoirs, de nombreux particuliers vous proposeront ainsi d’acheter cette fleur porte-bonheur coupée, en pot ou en bouquet.

Une coutume moyenâgeuse

La tradition d’offrir du muguet le 1er mai remonte à la Renaissance et est attribuée à Charles IX, qui en aurait ainsi donné à ses proches pour leur porter bonheur. La fleur aux clochettes est associée à la Fête du travail uniquement à partir de 1907. Et c'est avec l’avènement des congés payés que la vente du muguet dans les rues est apparue.

La tolérance du 1er mai

Cette vente n’est pas libre, mais bien réglementée. Seulement, tradition oblige, les autorités locales admettent une tolérance, à titre exceptionnel tous les 1ers mai. Pour autant, certaines villes restreignent les droits des vendeurs de rue. Ce sera le cas samedi à Saint-Maur-des-Fossés, dans le Val-de-Marne. La vente est tolérée mais le bouquet ne devra être accompagné ni d'"emballage" ni de "racines", et tout lieu de vente fixe ("bancs", "voitures" ou "poussettes") sera proscrit, selon un arrêté municipal.

Le muguet, bonheur pour les fleuristes

Le porte-bonheur pourra également s’acheter chez les fleuristes. Et cette année, la vente s’annonce bonne malgré un hiver rigoureux et un printemps tardif qui a retardé la pousse. La récolte de muguet nantais, qui représente 80% de la production française, a été "bonne", selon un spécialiste. Au moins 40 millions de brins "d'excellente qualité" vont être mis à la vente pour le 1er mai.

Le muguet s'établit cette année entre 10,50 et 16 euros la botte de 50 brins suivant la qualité. Même si la vente des particuliers perturbe quelque peu le chiffre d’affaires des professionnels, ils ne sont pas à plaindre ! L’an dernier, l’achat du muguet a représenté 25 millions d'euros - 13,3 millions d'euros en pots et 11,6 millions en brins -, selon les chiffres de FranceAgriMer. Mais ils ne comprennent pas les dépenses effectuées hors circuit commercial.

Du muguet online

Nouvelle tendance, le muguet s’offre également virtuellement. Et le 1er mai serait, selon les spécialistes des cartes virtuelles en ligne, de plus en plus célébré par les Français via internet. "Le 1er mai est le deuxième événement de l'année, après les fêtes de fin d'année et le 1er janvier", a expliqué Rafik Smati, PDG de Dromadaire, le numéro un européen dans le secteur. "Il y a 7-8 ans, le 1er mai n'était pas du tout fêté. Aujourd'hui, elle connaît une augmentation plus forte que les autres. Les gens se souhaitent bonheur, chance, prospérité. C'est un bis repetita du 1er janvier", a assuré Jean-Pierre Fanni, PDG de Cybercartes, le premier du secteur en France.

La raison de ce succès ? "Il y a un très grand nombre de personnes, notamment les jeunes, qui redécouvrent l'attention du brin de muguet réel, grâce à l'internet", a souligné Jean-Pierre Fanni, en expliquant ce phénomène par le "besoin d'être en interaction avec les gens que l'on aime".

"On estime qu’entre 4 et 5 millions de cartes virtuelles vont être envoyées à l’occasion du 1er mai", a confié Cybercartes à Europe1.fr sur une période allant du 14 avril au 4 mai. Mêmes prévisions pour Dromadaire.com. Car les Français s’y prennent de plus en plus tôt : les internautes programment l’envoi de leurs cartes porte-bonheur avec un brin de muguet ou les mots "joie" et "bonheur". Au total, ce sont donc près de neuf millions de muguets virtuels qui seront envoyés sur les boîtes mail et les téléphones portables.