La production de miel continue de chuter

  • A
  • A
La production de miel continue de chuter
@ REUTERS
Partagez sur :

ALERTE - La production française est passée sous les 15.000 tonnes en 2013, soit moitié moins qu'en 1995.

L'info. Si les Français consomment toujours autant de miel, environ 40.000 tonnes par an, les abeilles tricolores en fabriquent de moins en moins. La production de miel en France a été inférieure à 15.000 tonnes en 2013, soit moitié moins qu'en 1995 pour un nombre de ruches presqu'équivalent, a annoncé mardi l'Union nationale des apiculteurs français (Unaf).

Une production en chute constante. L'apiculture française produisait plus de 32.000 tonnes en 1995, avant de descendre à 20.000 tonnes en 2011, puis à de moins de 16.000 tonnes en 2012. Les chiffres de 2013 ne font donc que confirmer la tendance. "Nous tirons de nouveau la sonnette d'alarme, non seulement pour l'apiculture française", a lancé Olivier Belval, président de l'Unaf, "mais aussi pour le futur de la production agricole qui a besoin de nos abeilles".

miel 930x620

Les pesticides pointés du doigt. Si les abeilles sont attaquées par les frelons asiatiques, un autre danger bien plus grand les menace : les pesticides. "Le problème des pesticides est le problème des apiculteurs dans le monde entier, en France mais aussi chez nos voisins européens, en Argentine, aux Etats-Unis", a affirmé Henri Clément,  porte-parole de l'Unaf, pour qui "il y a d'autres types de problèmes, mais celui des pesticides est essentiel dans la hiérarchie des causes".

L'Unaf a salué l'interdiction, bien que seulement pour deux ans, en 2013 par Bruxelles de trois néonicotinoïdes - une catégorie d'insecticides - et du Fipronil, qui était interdit en France depuis 2005. Mais les apiculteurs réclament l'extension de cette interdiction à toutes les cultures et à d'autres molécules néonicotinoïdes largement utilisées: le thiaclopride et l'acétamipride.

sur le même sujet, sujet,

PORTRAIT - L'abeille, cet animal vital pour l'Homme

INSOLITE - Les abeilles produisaient du miel bleu