La Poste se lance dans le mobile avec SFR

  • A
  • A
La Poste se lance dans le mobile avec SFR
@ MAXPPP
Partagez sur :

L'offre de téléphonie mobile "maison" de La Poste doit voir le jour au printemps prochain.

La Poste veut sa part de gâteau dans le marché de la téléphonie mobile. Le groupe public a finalement choisi jeudi SFR comme négociateur exclusif pour lancer son offre de téléphonie mobile, alors qu'Orange faisait figure de favori. L’alliance entre la Poste et Orange aurait ravivé le souvenir des défuntes PTT, vingt ans après leur scission en un groupe chargé du courrier et un autre consacré aux télécoms.

Le groupe veut créer "une filiale commune détenue majoritairement par La Poste", à 51%, et avec SFR (49%) qui utiliserait le réseau de téléphonie mobile du deuxième opérateur français. La Poste avait annoncé en mars qu'elle ambitionnait de se lancer comme opérateur mobile virtuel en 2011, lançant dans la foulée un appel à partenaires.

Les seniors en ligne de mire

La Poste compte commercialiser une offre de téléphonie mobile sous sa propre marque, mais en devenant un opérateur mobile virtuel (MVNO), comme Virgin ou M6 Mobile qui achètent des minutes de communication auprès des opérateurs. La Poste vend déjà des cartes téléphoniques dans ses 17.000 points de vente. Face à la chute de l’activité courrier, le groupe devenu une société anonyme le 1er mars poursuit sa diversification basée notamment sur les activités bancaires.

L’objectif est de séduire entre 1,5 et 2 millions de clients en quatre ans. Principale clientèle du groupe et population la moins équipée en France, les seniors sont la cible prioritaire. En 2009, le groupe, qui compte 287.000 salariés, a enregistré des ventes de 20,53 milliards d'euros.

Le soutien du gouvernement

Le ministre de l'Industrie, Christian Estrosi, a indiqué "soutenir ce projet qui permettra à La Poste de dégager de nouvelles sources de revenus, à un moment où le groupe doit faire face à la diminution des volumes du courrier et à l'ouverture du secteur postal à la concurrence au 1er janvier 2011". Ce soutien est toutefois accompagné d'une mise en garde. Il a promis de veiller à la politique tarifaire, notamment en matière de lisibilité de la facture et de transparence.