La mairie de Paris fait la guerre aux sous-locations de HLM

  • A
  • A
La mairie de Paris fait la guerre aux sous-locations de HLM
@ MIGUEL MEDINA / AFP
Partagez sur :

INFO E1 - La mairie de Paris va collaborer avec des sites internet afin de mieux lutter contre ce phénomène en augmentation. 

Sous-louer son HLM ? La mairie de Paris répond non. La capitale vient de signer une charte avec des sites internet pour tenter de mieux identifier les personnes qui profitent de ces logements à loyers modérés pour se faire de l'argent. 

Un loyer payé "en liquide". Pendant leurs vacances ou même à l'année, certains locataires de HLM parisiens sous-louent leur logement. Florence a habité ainsi un logement HLM à Paris, près de la place d'Italie. Le bénéficiaire était parti vivre à l'étranger et c'est son fils, étudiant et vivant aussi à l'étranger, qui s'occupait de tout : "Il avait tout finalement des gestes d'un propriétaire, quelqu'un qui vous accueille, vous fait visiter le logement", raconte-t-elle à Europe 1. Florence payait son loyer une fois "tous les 3-4 mois", "en liquide, dans une enveloppe". Ce n'est que "plus tard" qu'elle se rend compte du "statut HLM" de l'appartement.

Une pratique qui s'étend. Si le phénomène est encore marginal, il a tendance à se développer par le biais des sites de location internet. "Les bailleurs sociaux de la ville de Paris nous indiquent que c'est un phénomène en augmentation avec un nombre de contentieux pour occupation anormale de logements sociaux qui se développe", rapporte Ian Brossat, adjoint au logement de la mairie de Paris. "Quand on est locataire d'un logement social, on ne le transforme pas en business", rappelle-t-il.

Le site d'annonces immobilières Particulier à particulier (PAP) et le Bon Coin, site de petites annonces gratuites ont ainsi accepté de collaborer avec la mairie de Paris. Ils rappelleront à l'ordre leurs clients et signaleront les annonces litigieuses. Le site Airbnb qui propose des annonces de locations saisonnières a, pour sa part, refusé de signer la charte. 

>> LIRE AUSSI - Des baux HLM devant la justice 

>> LIRE AUSSI - Résidences secondaires : Paris adopte une surtaxe de 20% 

>> LIRE AUSSI - Trois millions de logement HLM contaminés par l'amiante