Les tarifs des péages gelés, mais pas partout

  • A
  • A
Les tarifs des péages gelés, mais pas partout
@ VALERY HACHE / AFP
Partagez sur :

GEL OU PAS - Alors que le gouvernement a annoncé un gel des tarifs aux péages, certaines portions gérées par l'Etat ont quand même discrètement augmenté.

Officiellement, les tarifs des péages autoroutiers n'ont pas augmenté au 1er février suite à un gel annoncé le 25 janvier par le gouvernement. Officiellement seulement. Car en réalité, certaines autoroutes, celles gérées directement par l'Etat, ont connu une hausse, par exemple l'A40, celle qui passe par le tunnel du Mont-Blanc. 

>> LIRE AUSSI - Gels des tarifs : les sociétés d'autoroutes contre-attaquent 

Des sociétés moins rentables. Les sociétés d'autoroutes gérées par l'Etat augmentent leurs tarifs car elles seraient moins rentables, se justifie le gouvernement. D'autant plus que des travaux de sécurisation importants comme ceux du tunnel du Mont-Blanc sont venus grever ses finances. Les autoroutes de ce tunnel ont quand même fait 27% de marge en 2013, plus que les sociétés privées.

Une hausse de 2,6%. À Bonneville en Haute-Savoie, la hausse du péage s'est faite discrètement. L'ATMB qui gère l'autoroute et le tunnel du Mont-Blanc précise juste sur son site internet que c'est l'Etat qui a décidé d'augmenter les tarifs. Sur une seule section mais pas n'importe laquelle : celle qui est empruntée tous les jours par des milliers d'automobilistes frontaliers travaillant en Suisse. Passer le tunnel du Mont-Blanc coûte actuellement 43,50 euros, contre 42,40 euros en 2014.

L'un d'entre eux, Ichem, qui fait le trajet deux fois par jour accepte mal cette augmentation : "Ségolène Royal a dit que ça ne devrait pas augmenter et ça a augmenté. Donc, on se sent dupé", déplore le frontalier qui reconnaît que cette hausse représente "un coût" sur son budget mensuel.

"C'est extrêmement surprenant qu'une autoroute gérée par le gouvernement se permette une augmentation", estime François, chef d'entreprise lyonnais. "On marche un peu sur la tête parce qu'on fait exactement l'inverse de ce sur quoi on s'engage". C'est "la contradiction" entre les paroles et les actes qui le choque.

>> LIRE AUSSI - Autoroutes : l'Etat pris à son propre piège 

L'A43 aussi. L'A43, géré par la SFTRF propriété de l'Etat, a aussi été concernée par une hausse de tarifs depuis le 1er février. Les tarifs de cette autoroute qui relie Lyon à Modane, en Italie, ont été augmentés de 10 centimes sur la section allant de Chambéry à Saint-Michel-de-Maurienne.

>> LIRE AUSSI - Autoroute : un péage moins cher en cas de covoiturage ?