Electricité : le "tarif agent" ciblé par les députés

  • A
  • A
Electricité : le "tarif agent" ciblé par les députés
@ FRANK PERRY / AFP
Partagez sur :

CONSO - Ce tarif dont bénéficie les salariés et retraités d'EDF et de GDF-Suez pourrait être plafonné, selon des préconisations des députés. 

Un tarif d'électricité particulièrement attractif, voilà à quoi ont droit quelque 120.000 salariés et 180.000 retraités d'EDF et de GDF-Suez. Mais peut-être plus pour longtemps. Le "tarif agent" est en effet visé dans un rapport publié mercredi de la Commission d'enquête parlementaire sur les prix de l'électricité, rapporte Le Parisien. Les députés y déplorent que le tarif avantageux dont bénéficient les agents EDF entraîne une surconsommation importante.

Plafonner plutôt que supprimer. Les députés n'envisagent néanmoins pas de supprimer totalement les avantages des salariés et retraités d'EDF et de GDF-Suez. Mais le "tarif agent" ne prend pas en compte "les niveaux de consommation", explique Clotilde Valter, députée socialiste. "Cela revient à subventionner le gaspillage énergétique", ajoute-t-elle. Selon la parlementaire, ce n'est pas "compatible avec la politique d'efficacité énergétique dans laquelle le pays souhaite s'engager".  Le rapport préconise donc de plafonner la consommation des foyers avantagés, laissant à EDF la liberté de fixer lui-même la limite.

La Cour des comptes a révélé en 2013 que les foyers bénéficiant du "tarif agent" consommaient trois fois plus d'électricité que les autres foyers.

Un tarif très alléchant. Le "tarif agent" permet à 306.000 foyers de France d'alléger fortement leur facture d'électricité. Cette dernière ne contient ni taxes, ni abonnements qui peuvent parfois constituer la moitié du montant à payer. 
Quant au prix du kilowattheure, ces foyers payent celui de… 1951. Résultat, une facture au "tarif agent" correspond à seulement 10 à 15% d'une facture lambda. Autrement dit, quand vous payez 100 euros d'électricité, l'agent ou l'ex-agent, lui, en paye 10 à 15, que ce soit pour sa résidence principale ou sa résidence secondaire.

Selon la Cour des comptes, l'ensemble de ces avantages a coûté pour l'année 2010 2,3 milliards d'euros à EDF, une somme en grande partie récupérée sur la facture des autres consommateurs.

>> LIRE AUSSI - Demain, tous autonomes en électricité ? 

>> LIRE AUSSI - Électricité : la France menacée de pénurie dès 2015 

>> VIDÉO - Zoom éco : les Français consomment moins d'électricité