E-cigarettes : des indications (un peu) plus claires

  • A
  • A
E-cigarettes : des indications (un peu) plus claires
@ JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

CONSOMMATION - Les fabricants d'e-liquide ont fait des progrès sur les indications de teneur en nicotine.

Voilà une nouvelle qui va rassurer les un à deux millions d'utilisateurs quotidiens de e-cigarettes. Alors que lors d'un premier essai, l'Institut national de la consommation avait épinglé le manque de fiabilité des informations fournies sur les flacons d'e-liquide, un deuxième essai, rapporté dans le numéro de janvier de 60 millions de consommateurs, vient constater un net progrès en la matière.

>> LIRE AUSSI - E-cigarettes : l'OMS prône l'interdiction aux mineurs 

Les indications sur la nicotine : fiables. Sur les 30 e-liquides testés, il y a de quoi se réjouir : "à une exception près, les teneurs en nicotine mentionnées sur les flacons sont conformes à celles que nous avons mesuré", constate 60 millions de consommateurs. La raison ? Les fabricants maîtrisent désormais mieux les processus de fabrication de ce liquide.

Les indications sur les autres composants : peut mieux faire. Cependant, les indications portant sur le propylène glycol et la glycérine, elles, sont fausses pour 10 e-liquides.L'étiquetage en général peut encore être amélioré, souligne l'Institut national de la consommation. Il peut arriver que les proportions de propylène glycol et d'éthanol ne soient tout simplement pas indiquées, alors que ces composants sont bien présents dans le e-liquide.

Harmoniser et sécuriser. 60 millions de consommateurs relève aussi que les fabricants de e-liquide n'harmonisent pas leurs mises en garde et les contre-indications, ce qui dessert les utilisateurs. Il déplore aussi que les flacons contenant de fortes teneurs en nicotine ne soient pas "vendus scellés".

De la vanille pour rendre les jeunes addicts ? Enfin, il a été constaté que la majorité des e-liquides testés contiennent des arômes artificiels de vanille. 60 millions de consommateurs rappelle que l'industrie de tabac a longtemps "eu recours à ces arômes pour attirer les jeunes". Les e-liquides emprunteraient-ils le même chemin pour appâter les jeunes ? 

>> LIRE AUSSI - L'e-cigarette au cannabis, pas au goût de Touraine