Démarchage à domicile : le gouvernement durcit le ton

  • A
  • A
Démarchage à domicile : le gouvernement durcit le ton
Partagez sur :

ABUS - La loi sur la consommation, dite loi Hamon, renforce les sanctions pour protéger les consommateurs des abus des démarcheurs à domicile.

Un commercial vient frapper à votre porte pour vous vendre fenêtre, tapis ou télé. Et en profite pour vous soutirer une très forte somme d'argent... Certains démarcheurs à domicile s’avèrent peu scrupuleux et profitent de la naïveté ou de la faiblesse des consommateurs pour vendre leurs produits à prix d’or. La loi Hamon change les règles du jeu pour empêcher les abus. Du téléphone au porte-à-porte, le démarchage devient plus encadré et les sanctions, en cas d’abus, sont renforcées.
"Ils me font acheter des choses". Une personne frappe à la porte, c’est un commercial qui vient vous vendre quelque chose. Antoinette est bien connue de ces VRP, comme elle l’explique au micro d’Europe 1 : "C’est vrai qu’ils me connaissent depuis le temps qu’ils me font acheter des choses". Dernière emplette en date : des pommes. Antoinette pensait que le commercial lui en avait promis 5 kg. "Mais c’était 30 kilogrammes et j’en mange depuis cinq mois. Le prix : 131 euros quelque chose comme ça", préfère en rire Antoinette. Elle reconnaît qu’elle ne sait pas "dire non". Elle a également acheté du double vitrage pour 9.582 euros et pour faire face à de telles dépenses, elle est obligée de "piocher dans l’assurance-vie.
Punir sévèrement pour stopper les abus. Antoinette n’est pas un cas isolé. Afin de lutter contre les abus et protéger les plus fragiles, la loi Hamon renforce les sanctions existantes. Les entreprises qui sont reconnues d’abus de faiblesse risquent 375.000 euros d’amende, contre 9.000 précédemment. Et pour ceux qui ne savent pas dire "non" en direct, mais qui souhaitent changer d’avis, le délai de rétractation passe à deux semaines, contre une seule avant cette loi.   
Éviter aussi le harcèlement téléphonique. Le gouvernement a aussi mis en place une liste rouge du démarchage. A l’instar de la liste rouge classique qui fait disparaître votre numéro des bases contacts des entreprises. Ces dernières ont d’ailleurs l’obligation de la consulter avant de choisir qui elles vont appeler. Ainsi, le gouvernement espèrent mettre fin aux multiples appels de sociétés qui tentent de vendre un abonnement, un service, ou même de nouveaux radiateurs, à des consommateurs qui n’en veulent pas.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

CONSO - Gare aux arnaques du dépannage à domicile

ZOOM - Ile-de-France : l'arnaque au colis fantôme

CONSO - le Parlement adopte les "actions de groupe"

WEB - Quand l'arnaque devient 2.0

WEB - Derrière le mail des impôts, une arnaque