Banques : des tarifs en baisse mais…

  • A
  • A
Banques : des tarifs en baisse mais…
Partagez sur :

Il existe de très grandes disparités entre les établissements bancaires.

Il y a du mieux, mais les écarts demeurent. C’est la conclusion d’une enquête menée par la CLCV (Consommation, logement et cadre de vie) et Mieux vivre votre argent, sur les tarifs des services bancaires. Ainsi, l’étude révèle que les tarifs de cinquante-sept services bancaires ont diminué en moyenne de 5,31% en un an. Une bonne nouvelle, mais les écarts entre les établissements peuvent être considérables.

"On peut se satisfaire que l'évolution tarifaire soit à la baisse. On pouvait craindre que les banques se rattrapent sur la banque de détail de profits moindres en banque de financement et d'investissement, visiblement cela n'a pas été le cas", a commenté lors d'un point presse la présidente de l'association Consommation, logement et cadre de vie (CLCV) Reine-Claude Mader.

16 services sur les 57 étudiés ont en fait augmenté

La pression des consommateurs et des pouvoirs publics, avec des rappels à l'ordre de la Commission européenne et de l'Autorité de la concurrence, et l'obligation faite aux banques depuis 2009 d'envoyer aux clients le récapitulatif de leurs frais, ont pu contribuer à la baisse, a-t-elle estimé.

Dans le détail toutefois, 16 services sur les 57 étudiés ont en fait augmenté, et les hausses concernent les services les plus nécessaires aux petits clients, comme la carte bancaire, estime Serge Maître de l'Association française des usagers des banques (Afub). La diminution moyenne, la deuxième consécutive, cache en outre de très grandes disparités.

Un écart de 221,12%

Ainsi, pour un profil de "petit consommateur", les écarts de prix sur un panier de services à la carte peuvent aller en métropole de 41 (Crédit Agricole Nord-Est) à 131,66 euros (Banque Populaire Centre Atlantique), soit un écart de 221,12%.

L'écart est un peu moins élevé pour un profil de "couple ayant un usage actif de son compte" (131%), et encore moins pour les plus gros clients (68%). Ces écarts, qui ne correspondent à aucune justification économique, donnent le sentiment que certaines banques cherchent à "envoyer un signal tarifaire dissuasif" à l'endroit des clients les plus modestes, a regretté Reine-Claude Mader.

Peu de transparence

Autre grief des auteurs de l'enquête : le manque de transparence des tarifs reste de mise, avec des brochures peu disponibles, ou peu lisibles en raison des différents intitulés des services. Le Comité consultatif du secteur financier (CCSF) s'est engagé à établir un glossaire des frais bancaires pour améliorer ce point.

La CLCV et le magazine Mieux Vivre Votre Argent attirent aussi une nouvelle fois l'attention sur les "packages", ces paniers de services au forfait, qui comprennent souvent des offres "inutiles" (chèque de banque, assurances...) et qui reviennent en définitive plus cher au consommateur que s'il avait payé ces services à la carte.

>> Votre banque est-elle trop chère? Donnez-nous votre avis.