Avion : le vrai prix doit être indiqué dès le début

  • A
  • A
Avion : le vrai prix doit être indiqué dès le début
@ PASCAL PAVANI/AFP
Partagez sur :

TRANSPARENCE - La justice européenne, mais aussi le droit, oblige les compagnies aériennes à indiquer tous les frais cachés.

Entre le prix affiché dans les publicités des compagnies aériennes et la facture finale pour le client, il y a très souvent un écart. Et pour cause : les tarifs affichés au départ n’incluent pas toujours toute une série de frais qui font grimper l’addition, même quand il ne s’agit pas d’options. Le droit européen interdit pourtant de tels frais cachés mais visiblement le message n’est pas encore passé partout : comme l'a repéré RTL, la Cour de justice de l’Union européenne a condamné le 15 janvier dernier la compagnie Air Berlin pour de telles pratiques.

>> LIRE AUSSI - Vols retardés : des sites pour faciliter l'indemnisation

Billet d’avion : la loi interdit les frais cachés. Depuis 2008 et le règlement européen n°1008/2008, les règles sont claires pour les compagnies aériennes : "le prix définitif à payer doit être précisé à tout moment et inclure le tarif des passagers ou le tarif de fret applicable ainsi que l’ensemble des taxes, des redevances, des suppléments et des droits applicables inévitables et prévisibles".

En clair, dès le début de la réservation d’un billet sur internet, mais aussi en agence, le prix définitif doit être indiqué. La pratique consistant à ne donner au départ qu’un prix pour le voyage sec, sans les nombreux frais obligatoires (taxes d’aéroport, frais de dossier, bagage en soute, etc.), est donc illégale. Une règle du jeu qui a été reprise et élargie à d’autres secteurs par la directive droits et consommateurs, entrée en vigueur en 2014.

Air Berlin rappelé à l’ordre. C’est justement pour ne pas avoir respecté ces règles de transparence qu’Air Berlin s’est retrouvée devant la justice, attaquée en 2008 par l’Union fédérale allemande des centrales et associations de consommateurs. Un procès qui est remonté jusqu’à la Cour de justice de l’Union européenne.

Cette dernière a rendu son avis le 15 janvier et le titre de son communiqué est sans ambiguïté : "Un système de réservation électronique doit, pour chaque vol au départ d’un aéroport de l’Union dont le tarif est affiché, préciser dès le début le prix définitif à payer". Et les juges de préciser que cette règle s’applique aussi aux agences de voyage et aux centrales de réservation pour les vols au départ de l’Union européenne.

Une transparence obligatoire pour rendre les offres comparables. Cette obligation permet au client d’éviter des mauvaises surprises au moment de passer à la caisse, mais aussi de comparer les offres des différentes compagnies aériennes. Or, sans prix final, ces offres sont difficilement comparables puisque chacune inclut des services très variables (bagage en soute compris ou non, choix de la place gratuit ou payant, carte d’embarquement à imprimer soi-même ou pas, etc.).

>> LIRE AUSSI - Vers un nouveau plan de rigueur chez Air France ?