Woody Allen, un réalisateur globe-trotter ?

  • A
  • A
Woody Allen, un réalisateur globe-trotter ?
Partagez sur :

CINÉ - Après Londres, Barcelone et Rome, le New New-yorkais a posé sa caméra dans le sud de la France pour tourner Magic in the Moonlight. 

Woody Allen en aurait-il marre de Manhattan ? Après une escale à Londres pour Match Point  et Scoop, après Barcelone en 2008 pour Vicky Cristina Barcelona, le réalisateur New-Yorkais a enchaîné les tournages dans les grandes villes européennes.  Son dernier né, Magic in the Moonlight, sur les écrans mercredi, il l'a tourné dans le sud de la France. Mais pourquoi Woody Allen s'expatrie-t-il pour tourner ses films ?



Réalisateur globe-trotter. Woody Allen réalise coup sur coup Match Point, Scoop et Le Rêve de Cassandre, entre 2005 et 2007. Trois films dont l’action se déroule à Londres. En 2008, le réalisateur s’envole pour l’Espagne où il tourne Vicky Cristina Barcelona, avant de revenir dans la capitale anglaise en 2010 pour Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu. S'ensuivent Midnight in Paris, tourné dans la capitale française, et To Rome with Love dans la capitale italienne. Son dernier film, Magic in the Moonlight, a été réalisé durant l’été 2013 dans le sud de la France. L'équipe est notamment passée par Cannes, Nice, Antibes ou encore Menton.

L'Europe, moins cher. Quand on lui demande pourquoi l’Europe, Woody Allen ne fait pas de mystères : il traverse l'Atlantique pour des raisons économiques. A Manhattan, "tout est cher et compliqué", déplore le réalisateur dans la presse. "J’ai longtemps été un cinéaste indépendant américain, aujourd’hui je suis un cinéaste étranger, un réalisateur européen. J’aimerais tourner à Paris, ou dans le sud de la France, et puis à Rome, et à Venise, pourquoi pas à Stockholm", déclarait-il en 2008. Tourner à l'étranger lui revient moins cher, et lui permet de maîtriser se coûts de production, notamment grâce aux crédits d'impôts qui lui sont proposés et qui visent à stimuler le secteur.

Le tournage à Paris a failli ne pas se faire. Et le réalisateur voyage vraiment au gré des subventions. Il avait d'abord renoncé à tourner à Paris, pour Midnight in Paris en 2006, car le coût s'était avéré trop élevé. Le réalisateur a finalement bénéficié d’un crédit d’impôt, qui lui a permis de tourner dans la ville lumière. 

Pour Vicky Cristina Barcelona, c'est encore une raison financière qui a arrêté sa décision, même si le réalisateur confie beaucoup aimer la ville : "Des financiers sont venus me voir : si on vous donnait de l'argent, est-ce que vous tourneriez à Barcelone ? J'ai dit OK", précise-t-il dans les colonnes de Télérama

Reste à savoir où le mèneront ses prochaines subventions. 

Magic in the Moonlight, de Woody Allen, avec Colin Firth et Emma Stone. En salles le 22 octobre, avec Europe 1.