Robin Williams : un suicide provoqué par des hallucinations ?

  • A
  • A
Robin Williams : un suicide provoqué par des hallucinations ?
@ REUTERS
Partagez sur :

SANTÉ - L'acteur américain luttait contre "une démence à corps de Lewy". Cette maladie, peu connue, provoque de graves hallucinations. 

Trois mois après la mort de l'acteur, le site américain TMZ révèle que Robin Williams "luttait contre une démence à corps de Lewy", une maladie neurodégénérative fréquente liée à la maladie de Parkinson. Cette affection, qui se caractérise par des pertes de mémoire et des hallucinations, aurait poussé le comédien à se suicider.

>> LIRE AUSSI - Le monde du cinéma rend hommage à Robin Williams

Une maladie qu'il cachait. Robin Williams a mis fin à ses jours à son domicile de Tiburon, au nord de San Francisco, le 11 août dernier. Agé de 63 ans, il souffrait d'une grave dépression et d'un début de maladie de Parkinson, "dont il n'était pas encore prêt à parler publiquement", avait révélé sa femme Susan Schneider après sa mort. Les premiers symptômes de la maladie étaient, semble-t-il, apparus en 2011, avant qu'un diagnostic ne vienne confirmer la maladie à la fin de l'année 2013.

>>> Philippe Amouyel, professeur d'épidémiologie et directeur de la Fondation Plan Alzheimer nous en dit plus sur la démence à corps de Lewy.

Une découverte très récente. "La démence à corps de Lewy (du nom du chercheur Friedrich Lewy) fait partie des maladies d'Alzheimer et maladies apparentées. La découverte de cette affection est très récente. Sa toute première description remonte à 1910 mais l'OMS ne l'a enregistré qu'en 2000 dans la liste des maladies. Elle est encore aujourd'hui mal diagnostiquée. Le patient vient pour la maladie de Parkinson ou Alzheimer et on découvre souvent qu'il est atteint d'une démence à corps de Lewy en raison des hallucinations."

Quels symptômes ? "90.000 personnes sont touchées en France par cette maladie qui reste aujourd'hui mal diagnostiquée. Les personnes, comme Robin Williams, atteintes de cette maladie neurodégénérative vont avoir à la fois des troubles des fonctions cognitives et des hallucinations. Ce sont ces hallucinations qui vont entraîner des troubles du comportement (agitation, dépressions, etc)."

>> VOIR AUSSI - Mort de Robin Williams : les scènes cultes d'un acteur de génie