Un heureux événement, loin de l’état de grâce

  • A
  • A
Un heureux événement,  loin de l’état de grâce
Partagez sur :

Le film de Rémi Besançon, adapté du livre éponyme d’Eliette Abécassis, sera sur les écrans ce mercredi 28 septembre.

 Le titre est un clin d’œil moqueur à une formule établie : Un heureux événement, l’arrivée d’un bébé ? Rémi Bezançon, dans la continuité de son film Le Premier jour du reste de ta vie scrute les rapports familiaux à l’endroit précis où les conventions éclatent.

Cette fois Rémi Bezançon filme deux amoureux  (Louise Bourgoin et Pio Marmaï), leur insouciance et l’arrivée de leur bébé comme le fruit d’un amour sans nuage. Une décision prise, dans un élan d’amour, un baiser, "j’ai envie d’un enfant de toi…alors fais le moi." Ça c’est pour le conte de fée.

La réalité c’est la gifle : le plan suivant plonge avec Louise Bourgoin dans la cuvette des toilettes. Nausée.

Un heureux événement. Le film joue avec la formule. Alternance entre le romantisme des premiers instants et la brutale surprise de la réalité qui apparaît avec son lot de désagréments et de déceptions. C’est la chute, sur le béton.  Surgissent tour à tour les doutes, la déprime, une mère pas toujours à la hauteur, une belle-mère glaçante… et la culpabilité : "J’ai pas le droit d’être malheureuse, un bébé c’est censé être la plus belle chose au monde non ?" se demande la jeune mère en proie à un violent baby blues. Tandis que le sens se voile et que les associations ne lui sont d’aucun secours, elle tente de faire face, souvent seule.

Découvrez la bande-annonce du film :

Une comédie dramatique

Heureusement, l’effet de surprise provoque bien souvent le rire, qui soulage du moins le spectateur, à défaut des parents. N’en reste pas moins cette incessante impression de coup de massue qui signe la fin de l’état de grâce.

Le couple, la sexualité, l’éducation, l’avenir professionnel, l’avenir tout court. Tout se trouve bouleversé par l’arrivée de l’enfant. Ce qui flottait un peu déjà auparavant (l’avenir professionnel) s’en va à la dérive. Ce qui était acquis (l’amour, le sexe) ne l’est plus.

Est-ce que le film donne une réponse ? Pas sûr, mais c’est là que Rémi Bezançon évite la caricature. Il semble bien que c’est à petite échelle qu’on finit par s’en sortir, dans le cercle intime de ceux qui prennent soin de nous, de la sage-femme finalement compréhensive à la meilleure amie, en passant par la mère, quand enfin, la glace finit par se briser.

Louise Bourgoin, attendrissante

Pour ce film, Louise Bourgoin, ancienne starlette de la météo de Canal +, a été soumise à des heures de maquillage (prothèses et autres effets spéciaux pour simuler la grossesse), pour finalement se couler à merveille dans le rôle.

Elle est juste, sensible, attendrissante et fait irrésistiblement penser à la Cendrillon de la chanson de Téléphone lorsqu’on la sent sombrer, soudain dépossédée de son propre corps et de sa vie… Le bébé "m’a transformée, disloquée" se lamente-t-elle "Pourquoi personne ne m’a rien dit ? Pourquoi on n’en parle pas ?" Le film de Rémi Bezançon s’attaque donc à la maternité, à celle du moins qui ne coule pas de source, sans fard, et sans tabou.

Un heureux événement l’arrivée du bébé ? Gare au coup de massue.

Un heureux événement, un film Europe 1 : sortie au cinéma le 28 septembre.