Roman Polanski applaudi à Zurich

  • A
  • A
Roman Polanski applaudi à Zurich
Roman Polanski se rendra mardi soir au Festival du film de Zurich, deux ans après son arrestation.@ REUTERS
Partagez sur :

Deux ans après son arrestation, le réalisateur est revenu au Festival du film recevoir son prix.

Son arrestation avait été ultra-médiatisée. Deux ans après avoir été interpellé à l’aéroport suisse, Roman Polanski s'est rendu mardi soir au Festival du film de Zurich. Où il a été accueilli, pendant de longues minutes, par des applaudissements. Le réalisateur franco-polonais a ensuite reçu le prix d’honneur qui lui avait été décerné en 2009... et qu’il n’avait donc pas pu retirer.

"C'est un étrange anniversaire", a déclaré Roman Polanski. "Je suis heureux d'être ici. Cela n'a pas seulement été un choc pour moi, mais aussi pour ma famille et le festival", a-t-il poursuivi, visiblement ému. Et il a également tenu à "remercier le personnel de la prison, qui a essayé de rendre (son) séjour aussi agréable. Ce n'est pas une plaisanterie".

Arrêté, emprisonné, assigné à résidence et libéré

Le cinéaste avait été arrêté le 26 septembre 2009, sur mandat international, à la demande de la justice américaine. Il était recherché pour un crime à caractère sexuel remontant à plus de 30 ans. A la suite de cette interpellation, Roman Polanski avait été incarcéré durant deux mois en Suisse avant d’être assigné à résidence dans son chalet de Gstaad et de voir les mesures de restriction de sa liberté levée en juillet 2010. Et ce, grâce à un refus d’extradition du réalisateur de la Suisse vers les Etats-Unis. 

Deux ans après cet épisode douloureux, Roman Polanski reste très scrupuleux dans ses déplacements. Car certains pays ont des accords d’extradition avec les Etats-Unis. Le Franco-Polonais ne veut pas prendre ainsi le risque d’une nouvelle arrestation. Preuve en est lors du dernier festival en date où il était convié… Le réalisateur de Carnage, en lice à la dernière édition de la Mostra de Venise, n’avait pas fait le déplacement alors que son long-métrage concourrait dans la sélection pour le Lion d’or.