Paulo Coelho veut acheter "The interview qui tue !"

  • A
  • A
Paulo Coelho veut acheter "The interview qui tue !"
Partagez sur :

Le romancier brésilien propose 100.000 dollars à Sony Pictures pour diffuser gratuitement le film sur son blog.

L'écrivain brésilien Paulo Coelho a offert jeudi 100.000 dollars pour acheter les droits du film  L'interview qui tue ! qu'il veut diffuser gratuitement sur son blog. Jeudi, Sony Pictures avait annoncé qu'il renonçait à de la sortie du film en raison de menaces.

>> LIRE AUSSI - Face aux hackers, Sony a-t-il eu raison de céder ?

"J'offre à @SonyPictures 100 mille dollars pour les droits de The Interview. Je vais le diffuser gratuitement sur mon blog. Prenez s'il vous plaît contact avec moi via  @SonyPicturesBr", écrit Paulo Coelho sur son compte Twitter. L'offre "est valable jusqu'à vendredi midi", précise l'écrivain, qui tente d'amadouer Sony en rappelant qu'avez 100.000 dollars "vous récupérez 0,01% du budget". "Je dis NON aux menaces terroristes !", conclut Coelho.



Mercredi, Sony Pictures Entertainment (SPE) a décidé d'annuler la sortie de L'interview qui tue !, après une attaque informatique sans précédent et les menaces d'un groupe de pirates, le GOP, de s'en prendre aux salles de cinéma et aux spectateurs. L'interview qui tue !, comédie satirique sur un complot fictif de la CIA pour assassiner le leader nord-coréen Kim Jong-Un, devait sortir le jour de Noël aux Etats-Unis et le 11 février en France.

>> LIRE AUSSI - Menacé de piratage, Sony ne sortira pas "L'interview qui tue"

"Cela crée un terrible précédent. C'est une menace qui donne des résultats. C'est comme si les terroristes gagnaient et avec les terroristes on ne négocie pas. J'ai vécu intensément l'affaire Salman Rushdie et ses Versets sataniques, mais c'est encore plus sérieux", a déclaré l'auteur de "L'Alchimiste" dans une interview publiée sur le site du quotidien brésilien O Globo. L'écrivain britannique d'origine indienne, cible d'une fatwa à cause de ce roman sorti en 1988, avait dû vivre plusieurs années sous protection policière.