Möbius, l’espion qui l’aimait

  • A
  • A
Möbius, l’espion qui l’aimait
@ © 2012 RECIFILMS - AXEL FILMS - LES PRODUCTIONS DU TRESOR - EUROPACORP - FRANCE 3 CINEMA - SAMSA FILM - ARTEMIS PRODUCTIONS
Partagez sur :

Möbius, le nouveau film au casting de luxe signé Eric Rochant s’appuie sur une trame d’espionnage pour évoquer une passion impossible. 

C’est l’histoire d’une passion sur fond d’espionnage bien plus que l’inverse. Après Les Patriotes (1993), un thriller construit autour d’un jeune juif (Yvan Attal) devenu agent du Mossad, Eric Rochant se mesure de nouveau au genre à partir d’une intrigue complexe : Grégory Liubov alias Moïse (Jean Dujardin), un officier des services secrets russes, est envoyé à Monaco afin de surveiller les agissements d’un puissant homme d’affaires (Tim Roth). Dans le cadre de cette mission, et flanqué d’une équipe d’incompétents, son camp recrute Alice (Cécile de France), une surdouée de la finance. Mais Moïse rompt la règle d’or et entre en contact avec elle. Naît alors entre eux une passion qui, inexorablement, précipitera leur chute. Et l’affaire se complique lorsque les Américains s’en mêlent…

Manipulations, agents doubles, voire triples, la trame est solide mais complexe et laisse rapidement place à ce qui fait le véritable sujet du film : le jeu sentimental risqué dans lequel se laissent emporter les deux héros.  

Regardez la bande-annonce du film :

 

On ne peut s’empêcher de voir apparaître l’ombre des Enchaînés, célèbre film d’Alfred Hitchcock, derrière celle de Möbius. L’amour au cœur du sujet. Subtil mélange entre dissimulation et confiance, les amants ont les mains liées par leurs responsabilités mais opposent peu de résistance à la fusion. La partie finalement leur échappe car le jeu ne pouvait pas bien finir. Eric Rochant filme l’intimité du couple qui brise tous les principes de précaution.

"Des bras concrets"

Les scènes d’amour, aux dialogues souvent un peu "concrets" (à l’image des "bras concrets" de Moïse qui enchantent Alice) dessinent l’îlot charnel, palpable, entre les amants. La passion reste finalement assez intérieure mais déchire les âmes non sans une certaine beauté. Echanges de regards, jeux tout en retenue, larmes secrètes, le réalisateur atteint ainsi une belle intensité dramatique. "Que ce soit dans l’intrigue d’espionnage ou dans l’histoire d’amour, on est toujours dans l’observation (…) Je n’ai pas eu l’impression de jouer l’agent secret parce que justement, l’écueil de ce genre de film c’est la pose, la frime", explique Jean Dujardin. Face à lui, Cécile de France est méconnaissable, très féminine et assez loin de l’image de femme-enfant qui lui colle à la peau. Naturelle cette transformation ? Au moment d’aller se préparer, elle lançait tout-de-même : "Je vais me déguiser en femme" !

Dans les coulisses du tournage

Eric Rochant, le réalisateur de Möbius, aurait rêvé à l’époque où il était encore étudiant en cinéma, de pouvoir suivre le live-tweet d’un tournage. Il est donc passé à l’acte pendant la réalisation de Möbius, et nous a fait partager ses réflexions sur le vif. 

#Möbius, le live-tweet d’Eric Rochant : 

Il pouvait explique-t-il "à la fois geindre et se plaindre, se montrer enthousiaste et communiquer sa joie", bref, se sentir moins seul. Il réalise un film sensible porté par le jeu d’acteurs de haut-vol. 

>>> Découvrez les images du film en cliquant ici. 

Möbius, d’Eric Rochant, avec Jean Dujardin, Cécile de France, Emilie Dequenne et Tim Roth. En salles le 27 février 2013, avec Europe 1. Plus de vidéos dans notre page spéciale Möbius en cliquant ici.