Mary Poppins, l'impossible adaptation

  • A
  • A
Mary Poppins, l'impossible adaptation
Partagez sur :

COULISSES - Le film Dans l'ombre de Mary, en salles mercredi, revient sur l’histoire méconnue de l’adaptation, par Walt Disney, de l'œuvre signée Pamela Lyndon Travers.

Il y a tout juste 80 ans naissait le personnage de Mary Poppins, cette nounou fantasque et magicienne, au sac sans fond. L’adaptation du livre de Pamela Lyndon Travers pour le grand écran, par Walt Disney, est aujourd’hui au cœur d’un film, Dans l'ombre de Mary - La promesse de Walt Disney, qui sortira mercredi sur les écrans. Dans la peau de l’auteur : Emma Thompson, dans celle de Walt Disney : Tom Hanks. Le film ne cherche pas l’authenticité parfaite et reste une fiction, mais colle de très près à la vie de Pamela Lyndon Travers. Europe 1 vous entraîne dans les coulisses de la genèse du film "Mary Poppins", pas toujours facile à accepter...

A l’origine, un livre en … huit tomes. Le premier des livres de P.L.Travers est paru en 1934. Il a connu un succès immédiat auprès des enfants et des adultes. Devenu un véritable best-seller, ce premier roman a été traduit en 20 langues, avant d’être suivi par de nombreux livres, dont : "Le retour de Mary Poppins") en 1935, ou "Les bonnes idées de Mary Poppins", en 1944. Le dernier de la série paraît en 1989. C’est le tout premier livre qui a fait l’objet de la célèbre adaptation de Walt Disney.

Quand Walt Disney se heurte à l’auteur. Walt Disney a eu du nez en adaptant le livre de Pamela Lyndon Travers, l’histoire de cette nounou bienfaitrice. En réalité, ce sont les filles de Walt Disney, fans de " Mary Poppins ", qui l’ont supplié d’adapter le livre. Mais c’était sans compter sur le tempérament de la romancière australienne Pamela Lyndon Travers. Laisser son héroïne entre les mains d’Hollywood ? Jamais ! Et pourtant. Si la première tentative de Walt Disney, en 1940, a été infructueuse, le manque d’argent la pousse à céder, vingt ans plus tard ! Mais à condition d’avoir un droit de regard sur l’œuvre…

Supercalifragilisticexpialidocious. Ce mot à rallonge est celui d’une chanson créée pour le film, sorti en 1964. Les compositeurs, les frères Richard et Robert Sherman, sont aussi à l’origine d’autres thèmes à succès : "It’s a small world", ou encore des chansons du Livre de la jungle ou encore des Aristochats. Dans le film, on voit à quel point les inventions de langage des compositeurs ont déplu à l’auteur. Le terme "Supercalifragilisticexpialidocious", qui aurait le pouvoir de sortir les gens d’un mauvais pas, a inspiré d’innombrables reprises et fait désormais parti de la mémoire commune. Preuve ultime : le chanteur Prince s’en est lui-même inspiré pour le titre d’un de ses albums : Superfunkycalifragisexy.  

 

La romancière aurait détesté le film de Walt Disney. Selon The Telegraph, l’auteur de Mary Poppins aurait eu beaucoup de mal à laisser son œuvre à la merci de Walt Disney, au point qu’elle serait sortie en larmes de la première projection. Son œuvre était censée s’adresser aux adultes, celle de Walt Disney lui a semblé trop enfantine, et son héroïne trop excentrique.

L’adaptation de Walt Disney sera la dernière ! C’est en tout cas ce qu’a souhaité l’auteur de Mary Poppins. A sa mort, en 1996, elle a laissé un testament plutôt catégorique : plus question de céder les droits à un quelconque réalisateur et plus jamais d’adaptation de son œuvre !

sur le même sujet, sujet,

L'ESSENTIEL- Revivez la cérémonie des Oscars

OSCARS : l'Italie exulte après le "triomphe" de La Grande Bellezza

La PALME - Quel est le pire film de 2013 ?