Louis de Funès, en cinq scènes cultes

  • A
  • A
Louis de Funès, en cinq scènes cultes
@ DR/YOUTUBE
Partagez sur :

VIDÉO - L'acteur comique, qui a incarné avec talent Victor Pivert ou le gendarme Cruchot, aurait eu 100 ans jeudi. 

Louis de Funès, ses incomparables grimaces et son extraordinaire mauvaise fois à l'écran… L'acteur aurait eu tout juste 100 ans, le 31 juillet. Ce champion du box office français, colérique, râleur et bourré de tics, a réuni quelque 120 millions de spectateurs au cinéma durant sa carrière. On l'a vu notamment dans la peau de Victor Pivert dans Les Aventures de Rabbi Jacob, incarner Leopold Saroyan dans Le Corniaud, le commissaire Juve, dans Fantômas ou encore le gendarme Cruchot dans toute la série des Gendarme de Saint-Tropez.  

>>> Retour sur cinq scènes mythiques de l'acteur.

En 1966, de Funès forme avec Bourvil un redoutable duo comique dans La  grande vadrouille, le film de Gérard Oury. Le long-métrage est resté pendant 42 ans le film français le plus vu avec plus de 17 millions de spectateurs. Il aura fallu attendre le carton de Bienvenue chez les Ch'tis pour le détrôner, en 2008.

Dans cette scène mémorable, il persécute le pauvre Bourvil et l'oblige à échanger de paire de chaussures…



Longtemps méprisé par la critique et cantonné aux seconds rôles, Louis de Funès a finalement gagné le cœur du grand public. C'est le film Pouic Pouic, de Jean Girault en 1963, qui a marqué le début du succès populaire. La scène du Grand restaurant, sorti en 1966 montre une fois de plus l'étendue de son talent d'acteur...

... alors qu'une petite moustache et une mèche de cheveux rappellent soudain, par un jeu d'ombres, un dictateur tristement célèbre :



DE FUNES - LE GRAND RESTAURANT - HERR MULLERpar DIRECTAUTOBUS

Petit, chauve, et volubile, l'acteur, qui représente à merveille le fameux "Français moyen", personnifie presque dans chacun de ses rôles, ce qu'on aime le moins chez nous, le chefaillon, le mauvais flic ou le raté.

Dans Jo, le film de Jean Girault  sorti en 1971, il incarne Antoine Brisebard aux côtés de l'inspecteur Ducros, là encore avec une scène clownesque :



Dans le classique Les aventures de Rabbi Jacob, sorti en 1973, il campe un industriel catholique, Victor Pivert, aux idées assez traditionnelles voire racistes, comme le rappelle cette scène hilarante :



Le nom de Louis de Funès reste associé encore et surtout à celui à Gérard Oury, le réalisateur à succès du Corniaud, de La grande vadrouille ou encore des Aventures de Rabbi Jacob.

Gérard Oury est aussi l'auteur de La folie des grandeurs, qui nous a donné cette scène, où Louis de Funès joue Don Salluste de Bazan :



Bonus. Et preuve que Louis de Funès n'a pas fini de nous faire rire, découvrez ce petit remix réalisé par un internaute à partir des répliques de l'acteur.