Le cinéma français ne connaît pas la crise

  • A
  • A
Le cinéma français ne connaît pas la crise
Sorti en novembre, "Intouchables" aura écrasé, dans les dernières semaines de l'année, le box-office français 2011 en totalisant plus de quinze millions d'entrées.@ Maxppp
Partagez sur :

Au final, les écrans noirs auront attiré plus de 200 millions de spectateurs en 2011.

2011 restera comme un excellent millésime pour le cinéma hexagonal. Production, budgets et fréquentation… les indicateurs sont tous à la hausse. Selon les comptes du Centre national du cinéma (CNC), 191 millions de spectateurs s'étaient déjà rués dans les salles obscures à la mi-décembre, soit un total prévisionnel de plus de 210 millions sur les douze mois.

Les jeunes et la 3D font bon ménage

"66% des Français sont allés au cinéma en moyenne cinq fois, avec une hausse de la fréquentation des jeunes de 15 à 19 ans : 94% y sont allés au moins une fois", se félicite le président du CNC, Eric Garandeau.

Chez les jeunes c'est la 3D qui a servi d'aimant, explique-t-il, avec 43 films en 2011 contre 23 l'an passé.

En tout cas, "ça n'a rien à voir avec la crise" précise le patron du CNC. Si d'après lui, le cinéma reste le loisir culturel le moins cher de tous,"c'est d'abord la qualité, l'abondance et la diversité de l'offre qui justifient ce succès", juge-t-il.

Le coup de pouce d'Intouchables

Cocorico ! Les deux plus gros cartons au box-office 2011 sont des productions nationales : Intouchableset Rien à Déclarer. Le premier vient de passer les 16 millions d'entrées. Le film d'Olivier Nakache et Eric Toledano fait ainsi son entrée dans le trio de tête des films français à réaliser le plus grand nombre d'entrées de l'histoire du cinéma français, après Bienvenue chez les Ch'tis et La Grande Vadrouille.

"Un film comme Intouchables génère en plus un phénomène de contagion qui profite à d'autres films et draine encore davantage de spectateurs occasionnels", analyse le président du CNC. Dans le classement 2011, Intouchables est donc suivi par Rien à Déclarer, avec plus de 8 millions de spectateurs et Harry Potter - les Reliques de la mort 2, qui ferme la marche du podium avec 6,5 millions d'entrées.

Le cinéma français résiste à Hollywood

Les budgets ne sont pas en reste pour un temps de crise : sur les 194 produits au 31 décembre, trois films  ont dépassé les 30 millions d'euros : L'Or Noir de Jean-Jacques Annaud (38 millions), Astérix et Obélix - Au service de sa Majesté (61 millions) et le Marsupilami d'Alain Chabat (40 millions) - le budget moyen d'un long métrage restant stable autour de 5,2 M d'euros.

Enfin, autre motif de satisfaction, face au géant américain,  le cinéma français conserve une part de marché de 39% selon le CNC - contre à peine 36% en 2010, à comparer avec les 30% du cinéma national en Italie, 17% en Allemagne et 22,5% au Royaume-Uni.

"A l'étranger, le cinéma français arrive en troisième position derrière les films américains et nationaux", relève le CNC.