La Marche : la chanson qui scandalise Charlie Hebdo

  • A
  • A
La Marche : la chanson qui scandalise Charlie Hebdo
Pochette du single "Marche".
Partagez sur :

L'hebdo satirique dénonce les paroles assassines d'une chanson du film. La production se défend.

"Je réclame un autodafé pour ces chiens de Charlie Hebdo" : ces paroles sont tirées du septième couplet de la chanson présentée, à tort, comme la bande originale du film très attendu de Nabil Ben Yadir, La Marche. Des mots qui ont déclenché une polémique, à quelques jours de la sortie sur les écrans de ce long-métrage qui retrace la Marche contre le racisme de 1983.

Découvrez la chanson incriminée, interprétée par une dizaine de rappeurs dont Akhenaton, Disiz, ou encore Kool Shen:

La colère de Charlie Hebdo. La rédaction du journal satirique a fait part lundi de son "effarement" en découvrant la "violence" à son égard des paroles de cette chanson qui "reprend les propos que tient habituellement l'extrême droite musulmane lorsqu'elle évoque notre journal", estime l'hebdomadaire dans un communiqué signé de "la rédaction". "S'il leur manque un couplet, nous précisons aux auteurs de la chanson que le journal numérique Inspire, édité par Al-Qaïda, a condamné à mort Charb en mars dernier".  La rédaction, habituée aux controverses, précise encore : "Nous avons l'habitude de ces appels à la haine, de nous faire traiter de 'chiens' d'infidèles." "Nous sommes juste très surpris que le réalisateur (ndlr: Nabil ben Yadir) d'un film clairement antiraciste, qui rend hommage à un événement majeur dans l'histoire de la lutte pour l'égalité des droits, ait choisi de l'illustrer par une chanson en totale opposition avec son œuvre. "

La production se défend. Bien que présentée sur de nombreux sites comme la BO du film, la chanson controversée n’en fait pourtant pas partie, a tenu à préciser le producteur du long-métrage Hugo Sélignac. C’est malgré tout avec son accord et son soutien qu’elle a été réalisée, reconnaît-il. Le titre est en fait un projet parallèle monté par le rappeur Kore et Hugo Sélignac à l'occasion des 30 ans de la Marche antiraciste de 1983, le sujet du long-métrage.

Le producteur Hugo Sélignac indique donc avoir prêté des éléments sonores du film, qui ont été intégrés à la chanson, avec son accord. La pochette et l’affiche du film partagent aussi la même typographie : le mot MARCHE écrit en larges lettres jaunes.

21053769_20131029173428428.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

L'affiche du film de Nabil Ben Yadir, La Marche.

marche

Capture d'écran de la pochette du single Marche.  

"J'ai donné mon accord pour que la typographie de la pochette et de l'affiche du film soit la même. Je n'avais pas à valider les paroles", se défend aujourd'hui le producteur du film. "Je suis pour la liberté d'expression de tous, celles des rappeurs comme celle de Charlie Hebdo", a-t-il ajouté. Quant à l’artiste Kore, à l’initiative du titre, il a également défendu "la liberté d'expression" des rappeurs qui ont participé à la chanson. "Je comprends parfaitement que Charlie Hebdo s'offusque, mais ce n'est pas cette réaction que j'attends d'eux. Réagir comme ils le font, c'est jouer le jeu des extrêmes", a- t-il estimé.

Une polémique et puis quoi ? " Pas de plainte, ni de demande particulière. J'aimerais simplement que la production m'explique le rapport entre une marche antiraciste et fraternelle en 1983 et un chant religieux communautariste qui appelle à brûler un journal satirique antiraciste en 2013", s'est agacé Charb, le directeur de Charlie Hebdo. Le rappeur Kore et le producteur du film ont quant à eux fait savoir que tous les droits de la chanson seront reversés... à une association contre le racisme de Vénissieux.