La 3D booste le cinéma européen

  • A
  • A
La 3D booste le cinéma européen
@ DR
Partagez sur :

Les recettes des salles de cinéma européennes ont augmenté de 12% en 2009 : un record.

Le cinéma ne s’est jamais porté aussi bien en Europe. Les recettes des salles de cinéma de l’Union Européenne ont bondi de 12% en 2009, par rapport à 2008, s’élevant ainsi au niveau record de 6,27 milliards d’euros, d’après un rapport de l’Observatoire européen de l’audiovisuel. Un succès qui s’explique notamment par l’engouement pour les films en 3D.

Trois des cinq plus grands succès de l’année, L’Age de glace 3, Là-haut et Avatar, sont en effet des long-métrages en 3D. En tout, ce sont 86 millions de billets vendus pour ces trois films réunis en Europe. Une aubaine pour les exploitants, qui ont ainsi pu vendre des places de cinéma à un prix moyen plus élevé, et donc installer davantage de systèmes de projection en 3D.

Davantage de fréquentation

La hausse des revenus des exploitants de salles de cinéma s’explique aussi tout simplement par une hausse de la fréquentation des salles obscures. 981,1 millions de tickets de cinéma ont été vendus en 2009, soit une hausse de 6% par rapport à 2008.

2009 représente une hausse de fréquentation, mais aussi de production cinématographique. 1.168 films ont été produits en Europe pendant l’année, un chiffre en hausse. Le nombre de films ayant totalisé plus de 5 millions d’entrées a également augmenté, passant de 34 à 42 en un an.

Les films français attirent toujours

La France est le pays qui rassemble le plus d’entrées. 8,7% des entrées en Europe en 2009 étaient des places pour des films français, contre 4,1% pour l’Allemagne et 3,9% pour le Royaume-Uni. Une part de marché en baisse, car l’année 2008 avait été marquée par le succès exceptionnel de Bienvenue chez les Ch’tis. Mais le beau succès de LOL, notamment, explique que la France conserve sa première place européenne.

La mauvaise nouvelle pour la production européenne est la baisse de la part de marché des productions locales, au bénéfice des long-métrages américains. Les films européens ont représenté 26,7% des entrées en 2009, contre 28,2% en 2008. Dans le même temps, la part de marché des long-métrages américains est passée de 65,6% à 67,1%.